Côte d’ivoire : les négociations pour la libération des soldats emprisonnés au mali “se poursuivent”

Publicité

L e chef d’État-major de l’armée ivoirienne a communiqué sur le sort de 49 de ses soldats, détenus depuis le 10 juillet au Mali. 

« Les négociations se poursuivent » en vue de leur libération, indique Abidjan. Accusés d’être des « mercenaires » par l’État malien, les militaires ivoiriens ont été écroués pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État”.

 « Il n’y a aucune alerte, aucune mauvaise nouvelle sur leur santé et sur leurs conditions de détention », a déclaré le général Lassina Doumbia, cité vendredi par le portail officiel du gouvernement ivoirien.

Le fait qu’ils aient été inculpés et écroués au Mali n’a rien changé sur le cours des négociations menées pour obtenir le plus rapidement leur libération, selon lui. « Je voudrais vous rassurer que la décision du mandat de dépôt n’a aucune conséquence sur les négociations qui se poursuivent », a-t-il déclaré face aux familles des 49 soldats qu’il a rencontrées jeudi à Abidjan. « Restons soudés et solidaires », leur a-t-il dit.

Une aide financière accordée aux familles des militaires

Le président Alassane Ouattara, impliqué dans les négociations pour la libération des soldats, a alloué une aide financière aux familles des militaires emprisonnés. Ce vendredi 26 août, une enveloppe d’un montant de 500.000 francs CFA (762 euros) a été remise aux familles, indique le gouvernement ivoirien.

Considérés comme des « mercenaires », les 49 soldats ont été inculpés mi-août par la justice malienne, notamment pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État » et formellement écroués.  Alfred Kouassi, porte-parole des familles emprisonnés au Mali, “a témoigné sa gratitude au Président de la République, au gouvernement et à la hiérarchie militaire”, déclare le gouvernement ivoirien. D’après le communiqué, “il a appelé les familles des détenus à faire confiance aux autorités qui mettent tout en œuvre pour que les choses se passent bien”.

Abidjan assure que ces soldats étaient en mission pour l’ONU, dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et exige leur libération. Plusieurs médiations sont en cours pour l’obtenir, dont celle menée par le Togo et des leaders religieux maliens.

Source : TV5

Publicité