Zimbabwe: fin pathétique pour un héros de l’indépendance

L ’ex-homme fort du Zimbabwe a rendu l’âme le vendredi 6 Septembre 2019. Une fin pathétique pour un héros de l’indépendance, entraîné par les frasques de son épouse qui a démissionné contre son gré en Novembre 2017.

Triste fin pour celui qui incarnait la fin de l’opulence coloniale en tant que père de l’indépendance. Face à une fronde socio-politique, Robert Mugabe qui a dirigé d’une main de fer son pays de 1980 à 2017 est décédé à l’âge de 95 ans. Durant 37 ans aux affaires, une dictature a fini par prendre forme,  ce qui le contraindra à démissionner après un bras de fer militarisé d’environ deux semaines.

Sous l’influence de son épouse qui voulait être aux commandes du pays, le doyen des Chefs d’Etats de la planète avait fini par plier. Son parti la ZANU-PF et le Parlement l’ont déposé avant même qu’il n’officialise son départ par voie épistolaire.

Défiant sa famille politique en refusant de démissionner, le père de l’indépendance était face à une destitution. La rue était entrée dans la danse et les militaires avaient pris le contrôle de la cité. Sa formation de toujours la ZANU-PF, a vite fait d’anticiper le rebond pour éviter un scénario comme au Burkina où un certain Zida avait pris le peuple de court.

Mugabe a annoncé que sa démission prenait ‘’effet immédiat’’ après lecture, ouvrant la place à son ancien vice-président Emmerson Mnangagwa. C’est celui qui rendra l’annonce de son décès officielle à travers Twitter.

La conjoncture économique fut telle sous son règne que l’inflation avait été forte. Dernièrement ce qui taraudait les esprits était l’avenir politique de Robert Mugabe. Un autre bouleversement a eu lieu le lundi 5 mars 2018, avec la création d’un nouveau parti politique, dissident de la ZANU-PF et proche du clan Mugabe. On disait d’ailleurs que l’ex Président de Zimbabwe tirait les ficelles. Un comeback politique prenait forme discrètement mais Dieu en a décidé autrement.

En ces moments pénibles pour l’Afrique, la plus grande satisfaction de la Guinée réside dans le fait que le Responsable suprême de notre Révolution Ahmed Sékou Touré du PDG-RDA avait confiance en lui. Ce qui se manifesta par un soutien pluriel pour la libération effective de la Rhodésie du Sud du joug colonial et de l’émancipation du Peuple Zimbabwéen.

La peine est donc partagée pour celui qui sera enterré le 15 Septembre prochain.

Idrissa Keita

Publicité