Infrastructures routières guinéennes : le ministre des transports sur les chantiers en cours  

Publicité
Pas d'image

L e ministre guinéen des Transports et des Infrastructures a égrainé, mercredi 11 mai 2022, un chapelet de chantiers en cours d’exécution dans le cadre de la construction et de la reconstruction du réseau routier du pays.

Selon  Yaya Sow, qui s’exprimait dans l’émission Mirador chez nos confrères de FIM FM, plusieurs infrastructures routières seront réalisées à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur du pays avant la fin de la transition.

Déjà, affirme le ministre des Transports et des Infrastructures, le financement pour la construction de certains ouvrages a été obtenu, citant par exemple la construction de l’échangeur de Cosa.

« Nous sommes à la recherche de financement pour celui de Enco5. Pour Hamdallaye, la BID a manifesté sa volonté. Donc, nous aurons au moins six (6) échangeurs sur la route le Prince. Entre Hamdallaye et Sonfonia, notre ambition c’est de mettre quatre (4) échangeurs », a-t-il confié, avant de promettre la réalisation ‘’une autoroute entre Hamdallaye et Sonfonia et un échangeur au centre émetteur à Kipé et puis au niveau de l’université de Sonfonia’’.

S’agissant de tronçon Conakry-Kindia, Yaya Sow annonce la fin des travaux de bitumage dans un mois, précisant que celui de Kindia-Mamou, les travaux seront au moins à 90% d’exécution, d’ici le mois le prochain.

« Le tronçon Conakry-Kindia finira au mois de juin. Pour Kindia Mamou, on sera au moins à 90% d’exécution (….) Il a fallu l’implication du président de la transition et du premier ministre pour la reprise et l’accélération des travaux sur cette route nationale. Les chinois étaient en sous-effectif et désorganisés, ils manquaient de moyens. Il a fallu des pressions », rappelle-t-il.

A en croire le ministre, depuis la prise du pouvoir par le CNRD, il y a eu 260 km de routes bitumées contre moins de 100 km pour les dix dernières années sous le régime d’Alpha Condé.

« Beaucoup de projets étaient dans les tiroirs faute de financement. Il a fallu la rectification institutionnelle pour relancer les travaux », a révélé le ministre des Transports et des Infrastructures, soulignant que le ‘’président de la transition a payé la contrepartie guinéenne à hauteur de 75 millions de dollars pour le tronçon Coyah-Mamou-Dabola pour la reprise des travaux qui étaient à l’arrêt’’.

La rédaction

Publicité

Article Liés

Publicité
Publicité