de la primature à la gestion des conflits: saïd fofana a du pain sur la planche 

Le nouveau médiateur de la République a prêté serment ce vendredi à Sékoutoureya. Après avoir passé cinq (5) ans à la tête de la primature guinéenne, Mohamed Saïd Fofana va occuper cette institution au moment où le pays vit des tensions sociales et politiques. Paradoxalement, le président Alpha Condé, dans l’incapacité de trouver une issue pour résoudre les multiples crises que traverse le pays qu’il dirige il y a environ huit  ans, a promis de l’accompagner  dans les limites de ses fonctions.

A la suite du conseiller chargé des relations avec les institutions, le chef de l’Etat est largement revenu sur les attributions du médiateur de la République. Travailler en toute indépendance, en toute impartialité et surtout garder la discrétion dans l’exercice de ses fonctions. L’ancien premier ministre revient au-devant de la scène avec cette fois-ci le “rôle d’un véritable Imam“ : « Je le jure de bien et fidèlement remplir les fonctions de médiateur de la république les exercé en toute indépendance et en toute impartialité dans le respect des lois de la république et de ne révéler aucun secret que j’aurais obtenu à l’occasion et après l’exercice de mes fonctions ». A-t-il déclaré devant le président Alpha et une grande partie des membres du gouvernement qu’il a dirigé dans le passé.

Dans sa déclaration, Mohamed Saïd Fofana indique que : « Devant le développement croissant des sources de frustration de tout genre, le renforcement et l’extension des compétences de tel organe de règlement alternatif non juridictionnel des conflits paraissent d’une utilité évidente et salutaire pour la paix sociale ».  Avant sa prise de fonction, Mohamed Saïd Fofana avait déjà entamé une médiation dans la crise qui mine le secteur de l’éducation.

Pendant ce temps, l’opposition appelle à une série de manifestations à partir de lundi prochain. Cette décision a été prise au siège de l’union des forces démocratiques de Guinée à l’occasion d’une réunion que l’opposition vient de tenir. L’opposition guinéenne réclame tout d’abord le départ de l’actuelle Commission électorale nationale indépendante. Ensuite, la publication des vrais résultats des élections sortis des urnes. Puis le début d’une série de manifestations.

Tout commence par une journée ville morte le lundi 26 Février 2018 à Conakry et dans les villes environnantes, suivie d’une série de manifestations partout dans le pays.

M MACKY SOW

 

 

Publicité