Syndicats : le balai d’affiliation, désaffiliation et de réaffiliation se poursuit à l’ustg

L e jeu de chaise musicale débuté il y a une dizaine jours à l’USTG se poursuit, après la désaffiliation du SLECG version Aboubacar Soumah, de la FESABAG et l’affiliation du SLECG version Kadiatou Bah, nous avons assisté depuis le début de la semaine à des tractations tendant à favoriser le retour du SLECG version Aboubacar Soumah, mais aussi à la levée de la suspension d’Abdoulaye Sow le patron du puissant syndicat des banques et assurances, la FESABAG. Tout ceci augurait un apaisement des esprits et un retour au calme au sein de l’USTG.

Mais après la rencontre de conciliation hier jeudi entre Aboubacar Soumah et Louis M’Bemba Soumah, voici qu’un autre membre important de ladite centrale crée la surprise ce vendredi 17 août en annonçant son départ.

La Fédération Syndicale Autonome des Télécommunications (FESATEL), reproche à l’USTG son abstraction à son encontre en l’ignorant expressément, mais aussi la non-prise en compte des priorités des travailleurs du secteur des télécommunications dans les négociations syndicales. Il est à rappeler que ces reproches sont similaires à ceux que reprochait également la FESABAG à sa centrale mère.

Cependant, il ne faut pas occulter le désir affiché depuis quelques jours par les 2 fédérations, FESABAG et FESATEL, de s’associer tout en faisant appel à leurs camarades des mines pour créer une nouvelle centrale syndicale qui se dédierait exclusivement au secteur privé.

De côté aussi, comme au niveau des plateformes de la société civile et des partis politiques qui se déchirent, s’allient, divorcent ou fusionnent depuis des mois, les problèmes d’ego, de leadership, de prise en compte des avis et priorités et enfin de défense des intérêts des uns et des autres sont en train de miner cet autre pilier de notre démocratie.

Mais, bon, on est tout de même au pays de l’homme qui a déclaré : « d’ici 2020, il n’y aura plus de force d’opposition en guinée », s’achemine-t-on vers la réalisation de cette prophétie ? Les semaines à venir s’annoncent cruciales et nous donnerons une réponse à cette interrogation.

Bowedjo BAH

 

Publicité