Enseignement supérieur : le ministre sur les reformes opérées depuis 2010

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé a conféré, lundi 4 février 2019, avec la presse au tour des reformes entreprises au sein de son département depuis l’avènement d’Alpha Condé à la tête du pays en 2010.   

A l’entame, le premier responsable du ministère de l’enseignement supérieur a fait savoir que l’ objectif général de son département est d’améliorer l’accès à l’enseignement supérieur, assurer l’équité et développer la qualité des enseignants et de l’apprentissage, ainsi que de la recherche.

Parmi les réformes majeures opérées dans le secteur de l’enseignement supérieur au cours des dernières années, Yéro Baldé cite entre autres l’’amélioration de la gouvernance, la mise en place progressive des conseils d’administration, le recensement biométrique des étudiants et du personnel d’encadrement, l’orientation en ligne des bacheliers à travers la plateforme ‘’Guipol’’ et l’élaboration et la validation des manuels de procédure de gestion.

« Depuis que ces réformes ont été mises en place, nous assistons à un bouleversement dans la chaine de financement de notre système d’enseignement de recherche. Bien sûr, les besoins restent énormes encore. En investissement, nous avons besoin de près de 4 mille 200 milliards de nos francs, mais depuis que les reformes ont été enclenchées suite à la politique du gouvernement, nous avons pu investir plus de 400 milliards déjà en infrastructures et équipements.  Et à la suite du recensement biométrique, on parle de 30 mille étudiants fictifs  et aussi du fait qu’il n’y a plus d’orientation dans les universités privées, l’Etat a pu faire sur les 2ans, près de 300 milliards d’économie » a révélé ministre de l’enseignement supérieur.

En moins de 9 ans, le budget annuel du ministère de l’enseignement supérieur a doublé. Il est passé de 400 milliards de francs guinéens à 900 milliards entre 2011 et 2019. Le budget global de l’éducation qui était de 5% en 2010 a atteint les 17% du budget national dans la loi de finance initiale 2019.

« Il y’a encore du travail à faire, pour atteindre au moins les 30 % , en termes d’évolution de budget comparaison entre l’enseignement privé et enseignement public, là également, le budget augmente(……) Les subventions des universités privées en 2014 dépassaient les subventions des universités publiques, mais à partir de 2018, nous avons inversé la tendance pour accorder beaucoup plus d’appuis aux institutions publiques » a ajouté Yéro Baldé

En termes de perspectives, le ministère compte développer les infrastructures universitaires, élaborer la politique nationale de la recherche et de l’innovation technologique, créer l’académie des sciences de Guinée, mettre en place un fonds national de l’enseignement supérieur ainsi que d’autres activités dans le cadre du renforcement de la qualité de l’enseignement supérieur en Guinée.

Nantady Camara

Publicité