Devoir de mémoire : retour sur le parcours de dj arafat

V ictime d’un accident de la circulation dans la nuit du dimanche 11 août 2019, l’artiste ivoirien connu sous le sobriquet « DJ ARAFAT » a succombé à ses blessures ce lundi 12 août 2019 à Abidjan.

De son vrai nom, Ange Didier Houon, l’ambassadeur du coupé-décalé s’en est allé pour toujours à l’âge de 33 ans, après avoir imposé et incarné son style aux milliers de jeunes ivoiriens et africains.

Fils de Tina Glamour appelée aussi (Tina Spencer) et de Pierre Houon  (Wompi), Ange Didier Houon est né le 26 janvier 1986 dans la commune de Yopougon en Côte D’Ivoire.

Il était un artiste-chanteur, compositeur, producteur, chorégraphe, danseur et arrangeur musical ivoirien. Il est considéré par bon nombre de personnes comme l’un des plus populaires des artistes ivoiriens et ambassadeur du coupé-décalé.

Sa mère est une artiste chanteuse très controversée et ses détracteurs lui reprochent le plus souvent d’esquisser des pas de danses et un style un peu trop osé.

Celui qui était affectueusement appelé par ses mélomanes, Commandant Zabra ou encore le Yôrôbô, est également le demi-frère de Armand Stéphane Houon dit TV3 DJ, Houon Severin, Houon Marie Emmanuelle, Houon Yves Raymond et Houon Franck Olivier Prince. Arafat est d’ethnie Guéré de son père et Bété de sa mère.

Dans les débuts du mouvement coupé-décalé, le DJ officiant dans l’un des plus grands maquis abidjanais le Shangaï est repéré par le jeune producteur Roland Le Binguiste qui l’emmène en studio. C’est ainsi qu’il sort une œuvre discographique qui le révèle au grand public grâce au morceau « Hommage à Jonathan » en 2003, dont une partie du clip a été réalisé au Parc des Sports de Treichville avec la présence de Douk Saga et Mulukuku DJ.

Entre temps, il avait sorti un 2e album intitulé Femmes en 2005, puis un album en collaboration avec Meiway en 2006 et un single intitulé Abidjan-Paris en duo avec Christy-B en 2007.

Sollicité en France grâce à cet album, le promoteur de spectacles et directeur de KD Productions, Désiré Kouadio, organise une tournée pour DJ Arafat. Il s’envole pour deux mois à Paris puis revient en Côte d’Ivoire. Ce séjour a laissé de beaux souvenirs au DJ, et il y voit une belle opportunité économique.

Après deux ans et demi d’absence sur les scènes ivoiriennes de 2005-2008, il signe son retour en duo avec Debordeaux Leekunfa.

Le « chouchou » du coupé-décalé, en 2008, depuis en duo avec Debordeaux Leekunfa, sort un nouvel opus qui promeut une nouvelle danse appelée le Kpangor. Le concept et les singles qui s’ensuivent deviennent des succès sur le continent africain, du Gabon au Burkina Faso, en passant par le Cameroun. Des tubes naissent dans un laps de temps : « Kpangor », « Confirmation Kpangor », « Lebede 2 », « 25 25 Arachide », « Bouddha ». Ces tubes s’imposent très vite et arrivent en tête des classements ouest-africains.

En 2008, il participe au single à succès African tonik avec Mokobé, Mohamed Lamine et Mory Kante, la chanson promo devient Tube de l’été en France. La même année pour soutenir le single, il met sur le marché  « Cadeau du siècle » un mélange de RnB contemporain et de coupé-décalé.

Entre-temps, il sort des freestyles ou encore des attalakus qui rencontrent un tel succès qu’après leurs sorties, toutes les dix minutes en moyenne, un média musical ou un maquis les diffusaient, il s’agit de « Spot 2009 » en août 2009, « le spécial Stéphane Sessègnon et Marie-Claude Sessegnon », en duo avec Debordeaux Leekunfa), « Interdit aux moins de 30 ans » (septembre 2009), « Retour en clash » (octobre 2009) et « Cadeau de fin d’année » (décembre 2009).

Pour ses prestations scéniques, il engage trois célèbres et talentueux danseurs dénommés Magicien, Ordinateur et Bébé sans os.

Fan de Yorobo, le footballeur Samuel Eto’o lui offre une montre de 80 000 € et une voiture de marque BMW en juillet 2009.

Depuis la sortie de son premier hit en hommage à DJ Jonathan, Arafat DJ est, sans contexte, devenu le chanteur le plus populaire du pays. Chacun des singles sortis depuis a rencontré un grand succès. Le Yorobo prouve encore une fois que sa source d’inspiration est intarissable. Le single Gladiator est mis sur le marché le 16 décembre 2009, et l’album le 19 juin 2010 incluant les morceaux Zoropoto.

Le 13 août 2010, il devient le 1er DJ artiste du coupé-décalé à faire un concert en solo dans la plus grande salle de Côte d’Ivoire qui est le Palais de la Culture d’Abidjan. Depuis 2011, il remplit le Palais de la Culture d’Abidjan chaque 26 décembre.

Inspiré par (Lil Wayne), embrassant depuis janvier 2010 le hip-hop et surnommé à cet effet « Sao Tao le dictateur », il conceptualise le « nouchi rnb » dans son single en duo avec Yvan Trésor.

On observe tout au long de sa jeune carrière, un changement de style vocal et musical. Il est passé du coupé-décalé classique des premières heures de ce mouvement musical à un coupé-décalé plus sophistiqué aujourd’hui.

Il est considéré à l’extérieur de son pays natal comme l’ambassadeur du coupé-décalé, suivi par Serge Beynaud, qu’il considère comme un rival.

En 2012, il reçoit deux prix : celui du meilleur artiste africain de l’année et celui du meilleur artiste masculin de l’Afrique de l’Ouest au Kora Awards. Un sacre qui le positionne comme un ambassadeur de la musique africaine dans le monde.

Fort de son assise sur le continent, il est souvent sollicité pour des collaborations : de Davido (Nigeria) à Toofan (Togo) en passant par J-Martins (Nigeria) sans oublier Fally Ipupa (RD Congo).

En 2012, il s’impose sur le marché français, avec « Oulala ». Un morceau en collaboration avec Mokobé, tubes de l’été de la même année. DJ Arafat a signé chez Universal Music Group. Il fait donc son entrée dans une grande écurie de l’industrie musicale qui l’alignera prochainement dans son registre des artistes African.

Au cours de ses 15ans de carrière musicale riche en couleur, DJ Arafat a produit 9 œuvres composés d’albums et des singles.

Rappelé à Dieu ce lundi 12 août 2019, DJ Arafat était jusque-là célibataire et père de trois enfants, dont une fille.

Malick Diakité

Publicité