Conakry : les femmes de l’opposition empêchées de rallier le ministère de la sécurité

L es femmes de l’opposition ont tenté de baver, jeudi 1er novembre 2018, de braver l’interdiction des autorités en voulant marcher sur le ministère de la sécurité et de la protection civile.

C’était sans compter la détermination des forces de l’ordre, essentiellement composées des femmes gendarmes et policiers déterminées à empêcher cette marche.

Ces femmes, en tête la vice-présidente des femmes de l’UFDG, Hadja Maimouna Diallo,  scandant des slogans hostiles au pouvoir en place, ont été bloquées dans leu élan juste après leur départ au carrefour de Donka.

«Nous sommes à 98 morts par balles à Conakry. Nous avons voulu rencontrer le ministre de la sécurité pour lui signifier qu’au lieu de s’assoir devant la télévision et dire que ses hommes travaillent de façon professionnelle d’ouvrir ses yeux et voir les dégâts qu’ils font dans nos quartiers où ils versent des repas, volent et violent. Trop c’est trop. On ne peut plus accepter ça » a déploré Hadja Maimouna Diallo.

BARRY Ibrahima

Publicité