Travaux publics: lancée depuis 4 ans, la route kankan-kissidougou non-achevée

A u grand dam des usagers de la route, les travaux de bitumage de la route nationale Kankan-Kissidougou, lancés en grande pompe depuis 2014,  ne sont pas encore achevés. Une situation qui plonge les populations riveraines dans une souffrance et un calvaire indescriptibles.

L’exécution des travaux de cet axe routier,  distant de moins de 200 kilomètres ( 194 au total), a été confiée à une entreprise Burkinab (EBOMAF).

Croisé à Bordeau dans la commune urbaine de Kankan, un citoyen se plaint de la poussière que les riverains aspirent à chaque passage des véhicules.

« Nous souffrons beaucoup ici et nous risquons des maladies toxiques. Vous constatez qu’il y a trop de poussière du jour au lendemain. Nous passons toute la journée dans cette situation chaotique. Donc si l’État et la société « Ebomaf » pouvaient nous aider dans ce sens ça allait nous réconforter » à dénoncé Sapovogui Koïkoï.

De son côté, Solodjan Cissé, syndicat et chauffeur à la gare routière de Kanka a décrit ce tronçon comme une route  »monstre ».

« Vraiment, cette route est complètement défoncée et impraticable. Plus, tu avances, plus son état est piteux. Il fut un moment même pendant la saison hivernale, il a fallu que les véhicules passent par Kouroussa- Faranah pour rallier la région forestière. Ces temps-ci, il nous faut 9 à 10 heures de route contrairement aux années précédentes  où on pouvait faire 5 à 6 heures » a-t-il regretté à son tour avant de lancer un appel à l’endroit du gouvernement pour finaliser ces travaux.

Au terme de ces travaux, cette route devra faciliter le transport des produits agricoles entre la forêt et la haute Guinée. Mais, ceci n’est pour le moment qu’un rêve qui est loin d’être une réalité, ironise un autre citoyen.

Malick Diakité

 

Publicité