Rentree parlementaire : “le cadre macro-economique a  connu une avancee significative en guinée ” dixit le président de l’assemblée nationale

D ans son discours d’ouverture de la session ordinaire budgétaire de ce vendredi, le président de l’assemblée nationale n’a pas manqué d’éloge à l’endroit de la gestion de la gouvernance du président Alpha Condé.

Pour lui ,depuis 2014,beaucoup d’efforts ont été fournis par le gouvernement guinéen et ce, malgré les difficultés dévastatrices liées à la fièvre hémorragique à virus Ebola. Ces efforts, pendant deux ans, ont été réalisés à la fois sur les plans social, économique et sanitaire.

Claude kory Kondiano, à travers des chiffres, a tenté de d’illustrer cette réalité : “ le produit intérieur brut  (PIB)  qui était de 43.387 milliards de GNF, a connu une tendance progressive qui atteint, en 2018 , 99.558 milliards de GNF ” a-t-il précisé.

Plus loin, le président de l’assemblée nationale a magnifié la progression de pression fiscale et les recettes intérieures du capital Guinéen: “ la pression fiscale passe de 16,2% en 2014 à 18,16% en 2018. Aussi, les recettes intérieures estimées à 9.526 milliards de GNF en 2014, sont passées à 16.136 milliards de GNF en 2018 ” a affirmé l’honorable Claude kory Kondiano devant les députés, membres du gouvernement et représentants des partenaires au développement.

Pour finir, grâce aux multiples prouesses réalisées par le gouvernement guinéen, la deuxième personnalité du pays a tenu à salue la progression des dépense publiques de l’Etat : “ les dépenses totales ont connu une progression sensibles passant de 11.136 milliards de GNF en 2014 à 20.155 milliards de GNF en 2018 dont 2.120 milliards de GNF pour les traitements et les salaires en 2014, 4.123 milliards en 2018; les dépenses en capital sont passées d’environ 3.157 milliards de GNF en 2014 à 7.387 milliards de GNF en 2018 ” a-t-il conclu,avec des sourires aux lèvres.

Malgré cet état de fait, bon nombre d’observateurs estiment que ces efforts ne se font pas ressentir dans le quotidien des Guinéens. C’est le cas de cet économiste :  “ les chiffres macro-économiques parlent d’eux-mêmes, mais le panier de la ménagère souffre en Guinée. Les citoyens vivent du jours au jour. Alors, le gouvernement doit faire plus d’efforts pour que les changements opérés sur le plan économique soient ressentis chez le citoyen lambda; c’est ça l’important ” a suggéré Gassimou fofana.

Même son de cloche au niveau de Mamakany, vendeuse de poisson : “ On dit qu’il y’a changement en Guinée mais nous, on ne sent rien ici sur notre quotidien. Donc, nous demandons au gouvernement et au président Alpha Condé de penser à nous car , à l’heure actuelle, le marché est très dur ” a-t-elle plaidé .

Elma CAMARA

Publicité