Prévention des violences électorales : mise en place en guinée d’une structure de la société civile

Des acteurs de la société civile guinéenne ont créé une structure pour prévenir les violences électorales lors des prochains scrutins électoraux en Guinée. La cérémonie de lancement officiel des travaux a eu lieu ce vendredi 8 novembre 2019 à Conakry.

Dénommée ‘’Groupe National de Réponse Electorale’’, cette structure qui se veut une sorte d’alerte précoce devrait permettre de suivre, de monitorer et également d’informer en temps réel sur les probabilités de violences liées aux élections dans le pays.

Fruit d’un projet qui découle d’un partenariat entre Wanep et la CEDEAO, cette initiative vise à prévenir les conflits en période électorale dans certains pays de la sous-région comme la Guinée.

«Ce sont des moniteurs qui seront déployés sur le terrain après avoir fait la cartographie des zones potentiellement à risque. La finalité de ce premier volet c’est d’arriver à des alertes tout court. Ensuite vient le deuxième volet qui est le volet réponse. Celui-ci permet d’analyser des documents d’alerte et aller vers des réponses rapides » a expliqué Julien Oussou, coordinateur régional dudit projet.

Comme dans beaucoup d’autres pays de la sous-région, la Guinée a souvent connu des conflits en période électorale.

Le moment est opportun de mettre en place des mécanismes de veille pour prévenir toutes formes de conflit puisque des élections pointent à l’horizon dans le pays a indiqué Aliou Barry, président du conseil d’administration de Wanep Guinée.

Le projet s’étend sur trois ans. Outre la Guinée,  ce projet est en cours d’exécution dans six autres pays dans l’espace CEDEAO comme la Guinée Bissau, la Gambie, et le Sénégal.

Mata Madou Malick Camara

Publicité