Présidentielle en centrafrique : martin ziguélé attend l’avis de touadera

L ’ancien Premier ministre centrafricain, Martin Ziguélé, a fini par s’exprimer sur le devenir du Dialogue politique et l’Accord signé au Soudan. Quant au prochain scrutin, il a émis des réserves d’ici que l’exécutif donne sa position.

C’est sur les ondes d’Africa 24 que le président du MLPC s’est prononcé. L’honorable Martin Ziguélé a fait le point de l’actualité de la RCA. Si des présidentielles sont prévues à moyen terme, il a indiqué que son parti ira au rendez-vous. Le député refuse de s’avancer avant le congrès de sa formation qui tranchera sur la question. Pour lui, seule cette instance est habilitée à dire qui sera candidat dans ses rangs pour le palais présidentiel qu’il avait tenté de conquérir en 2015.

Par contre, il n’a pas manqué de dégager des craintes quant à la réussite des assises de Khartoum. Allusion faite à l’Accord de paix signé avec les mouvements armés. Aussi la multiplicité de positions et d’appréciations au sein de l’exécutif sur la portée du dialogue politique pourrait laisser sceptique car plusieurs acteurs armés sont des corps étrangers. Un tri s’impose donc afin de savoir quels sont les réels interlocuteurs de l’Etat vu qu’un gouvernement consensuel a été constitué.

L’honorable Ziguélé estime que ces immixtions provoquent une communication inefficace et des initiatives éparses quant à la relance de l’armée centrafricaine. Aussi, l’ancien PM estime que la réussite du processus sera fructueuse si les facilitateurs en charge du suivi commencent à sévir pour que chacun soit face à ses responsabilités. Concernant une éventuelle candidature de celui qui occupe le palais présidentiel, le patron du MLPC n’a pas manqué de bitter en touche.

Libre au Chef de l’Etat de se déclarer candidat selon l’élu qui déclarera que ‘’Touadera n’a pas les mains liées’’.

L’essentiel pour lui est que son parti a été ‘’loyal’’ au régime en place. Martin Ziguélé se dit d’ailleurs fier d’avoir eu l’aval du peuple afin de siéger à l’Assemblée Nationale. Mission parlementaire qui le permettra de voir clair sur les finances publiques et avoir des pistes pour leur redressement.

Cette sortie auprès d’Africa 24 a permis au député d’être vu autrement par le peuple Centrafricain. S’il était incompris quand il rejoignait le régime en place, désormais, son analyse de la vie du pays fait que son avis est pris en compte par ses compatriotes.

Keita Idrissa

Publicité