N’zérékoré : retrouvez ici le discours intégral du chef de l’etat

Le président de la République de Guinée, Alpha Condé, a dans un discours prononcé, samedi 16 novembre 2019, à N’Zérékoré, promis de rendre très prochaine visite aux citoyens de Kissidougou, Guéckédou, Macenta. 

www.guineeactuelle vous propose ci-dessous l’intégralité de ce discours!

Messieurs les membres du gouvernement,

Messieurs les gouverneurs,

Monsieur le préfet,

Sages, femmes et jeunes de N’zérékoré,

C’est un plaisir pour moi de me retrouver parmi vous aujourd’hui. Mais je vais d’abord commencer par remercier la population de Conakry qui s’est massivement mobilisée lors de mon retour en fin octobre. Aussi présenter mes excuses  aux braves et vaillants citoyens de Kissidougou, Guéckédou, Macenta d’avoir un calendrier indisponible. Mais je prends l’engagement que bientôt ils auront ma visite.

Aujourd’hui, nous avons deux Guinée. La Guinée qui veut avancer, tournée vers l’avenir et ceux qui regardent dans le rétroviseur qui veulent revenir aux pratiques anciennes où  ils disputaient t les fonds de l’Etat pour eux et pour leurs familles. Voilà aujourd’hui, les deux Guinée qui se font face.

(….)Je suis obligé de vous rendre hommage et, à travers vous, rendre hommage à toutes les filles et fils de la Guinée.  Je sais ce que vous avez traversé, particulièrement la douloureuse épreuve d’Ebola. J’ai vu comment vous avez vaillamment lutté pour vous relever. Je connais et j’entends. Vous discutez  du quotidien. Je sais que tout n’est pas facile. Je pense ici à nos mamans inquiètes de l’avenir de leurs enfants.  Je pense ici à nos jeunesses  qui ont envie de travail,  je pense ici à toutes nos forces vives de notre grande Nation qui veulent voir leurs fils avancer, leur situation s’améliorer.

Regardons notre histoire, regardons d’où nous venons malgré des écueils, tragédies et des drames.  Dans les grands moments, tous les guinéens ont toujours su se retrouver,  se rassembler et s’unir pour aller de l’avant. C’était valable hier,  c’est valable aujourd’hui,  c’est encore plus valable demain croyez-moi.

Courage, fierté détermination et volonté union et cohésion dans les moments cruciaux telles sont les qualités du peuple. Ici,  vous êtes l’incarnation de la Guinée qui veut aller de l’avant. La Guinée qui veut progresser, la Guinée de demain.  Je sais que certains veulent la voir rester dans le passé.  Depuis des années…ils s’approchent à des assureurs qui n’ont rien à dire, rien à proposer de constructif pour le pays. Envoûtés qu’ils sont sur leurs petites querelles, bagarre sur bagarre, regardent derrière. Ce sont des hommes de rétroviseur. Laissons le passé et les hommes d’hier qu’ils sont.  Regardons vers l’avenir et vers le progrès.

Mais le progrès, nous voulons tous avancés, nous voulons tous que le pays progresse. Les bases sont là,  beaucoup de chantiers à terminer, nous le savons.   Des réformes décisives  ont été engagées dans des secteurs clefs pour que cela profite à tous les guinéens et des guinéennes, bien sûr,  nous voulons que cela aille plus vite. Vous me le dites, je comprends vos impatiences, elles sont légitimes.

En matière d’accès aux services sociaux de base, que ça soit l’eau ou l’électricité, nous travaillerons d’arrache-pied, les résultats arrivent. Nous savons l’impatience des braves femmes, braves jeunes mais la Guinée avance, elle continue à avancer. 

Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer à la région forestière que les mines de fer de Nimba vont commencer l’année prochaine, de Zogota vont commencer l’année prochaine. Mais le plus important et qui fait rêver les guinéens depuis des années et des années, c’est Simandou. Nous venons d’attribuer Simandou à SMB. Mais, c’est quoi ? Ce n’est pas seulement la mine, (……..) c’est le chemin de fer qu’il y’a de Kérouané,  N’Zérékoré,  Macenta,  Guéckou, Kissidougou, Mamou, Faranah, Forécariah mais aussi…

On dit que la Guinée est bénie par Dieu, mais si la Guinée est bénie par Dieu, ce n’est pas pour que nous dormions ou que nous restions dans nos petites querelles pour détourner.

Transformons nos richesses en réalité. Lola, après le minerai  de fer, vous allez avoir le graphique. Le mieux nous allons lancer l’appel d’offre pour le sondage et le cuivre de Lola.

Hier, la Guinée était un grand pays producteur de café, mais comme si le café avait disparu. Aujourd’hui, nous produisons le café robusta en forêt. On a commencé  à produire le Café arabica au Foutah. Le cacao avait disparu à partir de décembre,  nous allons commencer à ventre les premières récoltes de cacao. Nous allons créer la société d’Etat qui va couvrir et fixer un prix d’achat. Tous les acheteurs agréés seront tenus à accepter ce prix. C’est vrai que les mines vont  nous apporter de l’argent, vont nous permettre de construire des routes, des barrages,  des écoles mais la base de notre développement, c’est l’agro-bisness, l’agriculture! L’agriculture ! L’agriculture ! Mais pas seulement l’agriculture, mais transformer les produits agricoles en produits finis, c’est-à-dire la chaîne de valeur, produire, transformer,  transporter et vendre. Et pour cela, nous sommes accompagnés par la banque africaine de développement, par la banque mondiale.

Pour l’agriculture,  la banque mondiale vient de mettre à notre disposition 400 millions de dollars pour le programme présidentiel pour le développement de l’agriculture. La banque africaine de développement est en train de nous accompagner (…) préparer les terrains afin que nous puissions cultiver partout en même temps faire l’irrigation pour produire d’avantage.

Nous voulons que chaque paysan de Guinée puisse faire autant que notre ami qui au Théophile qui fait quatre tonnes à l’hectare. Nous voulons que chaque paysan de Guinée qui fait quatre à six tonnes à l’hectare voilà notre ambition. Nous voulons aussi développer l’élevage et l’agriculture. Vous avez déjà commencé à élever des porcs.

J’annonce aux femmes aujourd’hui, nous avons des couveuses qui sont mises à leur disposition des poussins d’un jour afin de développer l’élevage de poussins, car la Guinée ne peut pas avancer sans la contribution des femmes et des jeunes.

Donc je dis à la jeunesse et aux femmes ayez confiance. Le train de la Guinée a démarré. Il y a des gens qui veulent arrêter ce train mais, ils perdent leur temps.

Mais la démocratie c’est quoi ? Les latins disaient vox poilus vox dei, c’est-à-dire la voix du peuple c’est la voix de Dieu. Comment peut-on être libre et avoir peur du suffrage universel ? Comment peut-t-on être démocrate et avoir peur  que le peuple s’exprime ? Mais soyez certains, personne ne m’intimidera !  Personne ne m’intimidera !  J’ai dit et répété et je le dis encore haut et fort à N’zérékoré, je ferai ce que le peuple de Guinée veut.

Bien sûr, nous savons qu’il y a des gens qui n’hésitent pas à tirer sur des gens pour accuser nos forces armées. C’est pourquoi désormais nous n’accepterons plus dans tout le pays quand s’il y a un mort dans la rue, on fait une ceinture autour et on permet à la police judiciaire de venir faire le constat. Vous serez surpris lorsque vous aurez les résultats de l’autopsie, car le menteur, son chemin au début est facile, mais ça devient difficile après.  Car la vérité finit toujours par triompher. Nous savons dans quelle situation nous avons trouvé ce pays. Qu’est-ce qu’ils en ont fait ? Apres, vous avez fait 10 ans au gouvernement  alors laissons les regarder dans le rétroviseur derrière. Nous, on regarde devant !  On regarde devant ! Nous devons faire en sorte que les richesses de ce pays profite à la génération future, profite aux femmes, aux jeunes, aux vieux particulièrement aux paysans et aux artisans, car nous avons des artisans capables.

Pour transformer le fonio,  c’est les artisans de Guinée qui ont fabriqué la machine pour décortiquer, pour piler et pour laver. Nos braves femmes travaillent beaucoup, font beaucoup de choses.  Mais qu’est ce qui leur manquait ? L’accompagnement !  L’accompagnement ! C’est pourquoi nous encourageons les femmes à créer des coopératives. Nous encourageons les jeunes à créer des coopératives d’intérêt économique. Vous voyez en base Guinée,  nous sommes en train de donner des pirogues.  Nous allons donner des boulangeries conteneurs partout pour permettre aux jeunes d’avoir des groupements d’intérêt économique, car aujourd’hui grâce aux nouvelles technologies, les  jeunes peuvent avoir leur propre affaire et devenir autonome.

Je vois que N’Zérékoré d’avant-hier,  hier,  aujourd’hui et de demain c’est le même N’Zérékoré. Je félicite les jeunes,  les femmes,  les sages de N’Zérékoré. Vous êtes en train de montrer à la face du monde qu’est-ce que le peuple de Guinée veut (…..) Vous allez pouvoir vous exprimer librement. Le droit de manifester est un droit solennel prévu dans la Constitution,  prévu dans nos lois.  Mais cela obéit à des règles. Lorsqu’on respect ces règles, on peut manifester.

Décryptage : Mata Malick Madou Camara

Publicité