N’zérékoré : les autorités opposées aux activités du mouvement ‘’la voix de la forêt’’

Au sortir d’une réunion d’information et de sensibilisation, les autorités régionales, préfectorales et communales de N’Zérékoré ont interdit aux animateurs du mouvement dénommé ‘’ la voix de la forêt’’ de dérouler leurs activités dans  cette préfecture.

Dans un langage de fermeté, le préfet de N’Zérékoré, El Hadj Sory SANOH, se disant attaché aux efforts des ressortissants qui œuvrent pour que N’zérékoré ne  recule pas sur le plan économique, n’attend plus donner de chance à ce mouvement de prospérer dans sa juridiction.

« Moi, en tant que préfet de N’zérékoré, à partir de la réunion là, j’interdis toutes les activités  de ce mouvement dénommé  la voix de la forêt dans la préfecture de N’zérékoré » a déclaré El Hadj Sory SANOH

Plus loin, le préfet ordonne aux secrétaires généraux, sous- préfets et maires des communes rurales  relevant de sa sphère juridique de ne pas accepter sur leur territoire  les membres de ce mouvement.

« Toute personne qui viendra dans vos localités au nom de la voix de la forêt  sans ordre de mission visé par moi-même ou l’un de mes secrétaires généraux interpelez-là et  conduisez-là  devant moi », a instruit le préfet aux maires et sous-préfets de N’Zérékoré.

Pour sa part, le gouverneur de la région de N’Zérékoré, Mohamed Ismaël Traoré a laissé entendre que cette réunion d’information et de sensibilisation qui se tient n’a aucune connotation politique.

« Nous, autorités, constatons que notre région est en péril, parce que nos investisseurs ont commencé à se décourager par les mouvements que certains font  et sont en train de faire » a précisé Mohamed Ismaël Traoré.

Dans la même lancée, des chefs de quartiers acquis à la cause des autorités ont aussi lancés des mots durs à l’endroit des membres du mouvement ‘’la voix de la forêt’’.

«Dans les lois, dans les règlements, avant de se dire porte-parole d’une communauté comme la forêt, il y a des règles à respecter. Ils sont autorisés par quelle loi, quelle convention, par quel règlement et par quel arrêté ? Tous ceux-là qui se disent membres de la ‘‘voix de la forêt’’ sont nos ennemis », a martelé N’yankoye Kolié, se disant porte-parole des chefs des 22 quartiers.

Présent à cette rencontre, Frédéric Loua, ministre de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime a affirmé soutenir l’adoption d’une nouvelle Constitution pour la Guinée.

Pour l’instant, nous ne parvenons à joindre aucun membre du mouvement  » la Voix de la forêt ».

Koikoi Kouloubo Bilivogui

(00224)623559659

Publicité