Naissance de sékou touré : le mouvement ‘’sékoutoureisme’’ plaide pour l’institutionnalisation de cette date

En marge de la commémoration de la 98éme année de la naissance du premier Président de la République de Guinée, Ahmed Sékou Touré, célébrée, jeudi 9 janvier 2020, à l’hôtel Kaloum, les membres du mouvement ‘’ Sékoutoureisme ’’ ont plaidé pour l’institutionnalisation de cette journée en Guinée.

En faisant cette doléance auprès des autorités guinéennes, les membres de ce mouvement ont évoqué la nécessité pour la Guinée de rappeler la partition de Sékou Touré dans le rayonnement de la culture guinéenne.

« Ce grand homme dont nous commémorons aujourd’hui la 98ème année de naissance est une figure incontestable parmi ceux qui ont positivement marqué l’histoire du monde en général et celle de l’Afrique en particulier, cela à travers son patriotisme incontesté, son respect pour la dignité humaine, ses combats pour la libération et la souveraineté de son peuple » a déclaré Alassane Sylla, président de la commission d’organisation de cette deuxième édition.

C’est pourquoi, dit-il, ‘’nous avons estimé que consacrer une seule journée pour parler de lui et de ses actes, c’est la moindre des choses’’.

« D’où l’initiative ‘Sékou Touré Day’ que nous demandons humblement à Monsieur le Président de la République Alpha Condé, à travers le ministère de la culture, de bien vouloir institutionnaliser comme journée dédiée à l’enseignement des actes et œuvres de feu Ahmed Sékou Touré » a plaidé Alassane Sylla.

Sur les raisons de la création du mouvement ‘’Sékhoutérisme’’, Souleymane Touré, vice-président du mouvement, Sékou Touré s’est toujours battu pour la construction d’une Guinée unie.

« Pour nous la culture, c’est le comportement, c’est la cohésion, c’est pourquoi nous avons initié ce mouvement pour participer à l’unification du peuple de Guinée. Pour nous, il n y a pas un mouvement meilleur que le Sékoutoureisme en Guinée. Etre Sékoutoureiste, c’est accepter la dignité. Etre Sékoutoureiste, c’est accepter l’honneur, c’est dire non à la communautarisation sous toute sa forme. Il est temps pour nous jeunes de prendre notre responsabilité, et de réfléchir à ce qu’on peut apporter à la Guinée et non de verser dans l’ethnocentrisme » a lancé Souleymane Touré.

Iso Abdoul Latif 

Publicité