Marche du fndc : bah oury justifie sa participation

Au lendemain de la grandiose manifestation des opposants de l’adoption d’une Nouvelle Constitution en Guinée, le Président de l’Union pour la Démocratie et le Développement(UDD), Bah Oury a justifié sa participation à la marche du 7 novembre 2019.   

Interrogé par un de nos reporters, le leader de l’UDD précise d’abord qu’il est membre à part entière du Front National pour la Défense de la Constitution même s’il n’était pas associé à certaines activités du fait d’une brouille survenue après la publication de la liste des promoteurs du 3è mandat sur laquelle il y avait Maitre Boukounta Diallo, avocat sénégalais, par ailleurs ami de Bah Oury.

« C’est du passé. Le fil du dialogue est renoué. On se donnera les moyens de concrétiser cela avec les responsables du FNDC dans les prochains jours » a-t-il relativisé à l’entame de notre entretien.

La marche du jeudi, était, dit-il, l’occasion de s’impliquer et de concrétiser son opposition au 3è mandat en marchant « pour dire que nous ne voulons pas de changement de Constitution, nous ne voulons pas de 3è mandat, nous sollicitons la libération des détenus politiques, que les morts soient honoré par la nation toute entière. Ce qi a motivé ma participation à la marche. Nous voulons que notre pays soit stable ».

La prochaine marche prévue par le FNDC, Bah Oury compte bien participer, s’il est en Guinée et que si celle-ci est autorisée.

Aussitôt sanctionné par le Cercle des Acteurs pour la République(CAR) pour avoir participé à cette manifestation du FNDC, Bah Oury n’a pas voulu commenter cette décision de trois membres sur neuf.

« Ce qui est important, c’est de réunir les forces qui s’opposent au changement constitutionnel, qu’elles taisent leurs divergences, qu’elles se donnent la main pour être plus fortes, pour ne pas désespérer la population qui fonde un grand espoir à ce mouvement que le FNDC incarne » coupe court le leader de l’UDD, qui, rappelons-le, a surpris plus d’un en saluant lors de cette marche Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG.

« Dans cette phase actuelle, les acteurs doivent taire leurs divergences, leurs rancunes, oublier les frustrations accumulées pour faire face à la situation. Ce changement de Constitution ne concerne pas seulement le Président de la République, c’est quelque chose qui peut être un facteur déclencheur d’un processus de déstabilisation grave de la Guinée » a déclaré Bah Oury qui n’exclut pas un rapprochement avec Cellou Dalein.

Hafia Diallo

Publicité