Marche du 14 novembre : retour sur le bilan d’une manifestation réprimée

L ’acte 4 des séries de manifestations programmées par le Front National pour la Défense de la Constitution(FNDC) a tourné, jeudi 14 novembre 2019, à l’affrontement entre manifestants, qui voulaient suivre l’itinéraire préalablement défini, et forces de l’ordre, qui ont voulu faire respecter celui autorisé.    

La répression, qui s’en est suivie sur la route Leprince, a conduit à la mort de quatre jeunes, dont un tué, ce vendredi, Mouctar Diallo, 19 ans, lycéen qui aurait  reçu une balle ce matin sur le chemin de l’école.

Les autres : Alpha Souleymane Diallo, 16 ans, originaire de Téliré (Mali), Abdourahamane Diallo, 19 ans, originaire de Mitty (Dalaba) et Amadou Oury Barry, 32 ans, originaire de Maréla (Faranah) ont tous été tués hier jeudi.

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile a publié deux communiqués en milieu de journée pour faire état d’un corps déposé à l’hôpital sino-guinéen, mort par ‘’ jet de projectile’’, des PA saccagés et un bus calciné par les manifestants.

Le gouvernement a également démenti une répression visant la personne de Sidya Touré, lequel avait été contraint d’abandonner son véhicule sur le terrain.

Tard dans la soirée, le FNDC a aussi publié un communiqué pour  remercier tout d’abord les ‘’citoyens guinéens qui sortis massivement s’opposer au troisième mandat d’Alpha Condé et empêcher l’assassinat programmé de notre démocratie’’, aussi bien à Conakry que dans les préfectures de l’intérieur du pays, notamment à Dalaba, Boké, Fria, Mamou, Koundara, Lélouma, Gaoual, Sangarédi, Tougué et Kindia.

Ensuite, le Front National pour la Défense de la Constitution(FNDC) a déploré une répression dans le sang de cette manifestation.

« En effet, les forces de l’ordre et de sécurité, non satisfaites de ce maigre bilan à leurs yeux, ont envoyé dans la commune de Ratoma des expéditions punitives qui se livrent encore à toutes sortes d’exactions. C’est ainsi que ces agents ont abattu à bout portant, en dehors donc de toute manifestation, trois jeunes gens. Il s’agit de Alpha Souleymane Diallo, 16 ans, originaire de Téliré (Mali), Abdourahamane Diallo, 19 ans, originaire de Mitty (Dalaba), et Amadou Oury Barry, 32 ans, originaire de Maréla (Faranah) » lit-t-on dans le communiqué du FNDC.

A part ce bilan humain, le FNDC a aussi déploré de nombreuses arrestations à Conakry et à Kindia dont Alsény Farinta Camara, coordinateur régional de l’antenne du FNDC Kindia, la confiscation des motos et des voitures de manifestants vandalisées par les forces de l’ordre.

« Le FNDC profondément convaincu que le combat qu’il mène pour la démocratie et l’Etat de droit est un combat noble qui mérite tous les sacrifices, invite le peuple de Guinée à rester mobilisé pour barrer la route aux promoteurs du troisième mandat » a invité les leaders du front, annonçant d’autres manifestations au cours de la semaine prochaine.

Hafia Diallo

Publicité