Manifs du fndc : les mis en liberté sont-ils satisfaits du combat mené en leur absence ?   

A près l’arrestation, suivie de la condamnation, en première instance, des ténors du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), à l’approche de leur manifestation contre l’établissement d’une Nouvelle Constitution en Guinée, beaucoup avaient cru à l’anéantissement du mouvement.

Perçues par une certaine opinion comme une manœuvre politicienne, voulue, entretenue et exécutée par  le gouvernement dans le seul but de politiser le mouvement, ces condamnations de Abdourahamane Sano(coordinateur national du FNDC), de Sékou Koundouno (responsable chargé des stratégies), d’ Ibrahima Diallo (chargé des opérations) et autres membres n’ont pas empêché le FNDC de dérouler leur planning de protestation, tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays.

Peut-on parler de succès pour l’équipe dirigée par Foniké Menguè ?

En dépit de cette réussite, on reprocherait à Foniké Menguè et Billo Bah d’être limités dans la définition de stratégies du mouvement. Ceci s’explique, selon des indiscrétions, par les absences répétées de Foniké Mengué aux différentes réunions du front, même si on n’occulte pas le fait que ce dernier soit sous les collimateurs des autorités.

Autre chose qu’on blâmerait  à l’équipe de Foniké Menqué, c’est le déficit de communication, qui, à certain égard, aurait connu des couacs, soutiennent certains membres proches de Sékou Koundouno.

Toutefois, ces mis en liberté disent, de façon officielle, être convaincus et même satisfaits du travail abattu par la coordination par intérim. Les messages de remerciement de certains parmi eux postés sur facebook en font foi.

Rapport politique- société civile dans le FNDC  

Le rapport entre responsables du FNDC issus des partis politiques et ceux de la société civile pourrait connaitre un certain grincement de dents dans les prochains jours.  En tout cas, des indiscrétions restent formelles que les leaders du Front, après leur séjour à la maison centrale, ne seraient pas contents des agissements de certains politiques dans la lutte contre la Nouvelle Constitution.

En attendant, Abdorahmane Sano et compagnie attendent leur libération définitive pour reprendre la tête du Front Nationale pour la Défense de la Constitution afin de poursuivre la lutte sans relâche.

La rédaction

Publicité