Manifestation du fndc : l’ufdg prête à aller jusqu’au bout

L ’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), principale formation politique de l’opposition en Guinée, est déterminée à manifester jusqu’au respect des textes de loi de la République par le pouvoir en place a annoncé, jeudi 10 octobre 2019, le coordinateur de la cellule de communication de ce parti, joint par notre rédaction.

Selon Ousmane Gaoual Diallo, l’opposition avait suspendu ses manifestions de rue dans le souci de trouver un compromis avec le pouvoir pour le respect des textes et les lois de la République.

« On a essayé pendant cette période de raisonner les membres du gouvernement, de plaider pour que la constitution soit respectée, pour que le code électoral soit respecté, et que le processus électoral des municipales soit respecté » a-t-il expliqué avant de dire qu’il constate avec regret que rien de tout de ceci n’a été fait.

Ainsi, ajoute le député uninominal de Gaoual, l’opposition se voit désormais dans l’obligation de descendre dans la rue pour se faire entendre et montrer à la face du monde que le peuple est avec elle.

« Je pense que c’est fondamentale aujourd’hui pour nous, de montrer à l’opinion guinéenne et à l’opinion internationale, que nous sommes avec la majorité de nos concitoyens qui ne veulent pas de dirigeants qui tripatouillent leur loi. Et c’est l’objectif que nous poursuivons en appelant à cette très grande mobilisation le 14 octobre prochain » insiste-t-il.

S’exprimant sur la tenue du prochain scrutin législatif annoncé pour le 28 décembre 2019, Ousmane Gaoual Diallo s’est montré très pessimiste.

« Tous les observateurs avertis savent que les élections ne peuvent se tenir le 28 décembre. Parce que les machines qui doivent recenser les électeurs ne sont pas disponibles. Et c’est à l’issu de l’arrivée de ces machines, l’installation des logiciels, qu’on pourra déployer le personnel sur le terrain pour commencer les opérations. Or le président a jusqu’au lundi prochain pour convoquer le corps électoral. Comment peut-il convoquer les électeurs lorsque le fichier n’existe même pas » a indiqué Ousmane Gaoual Diallo.

Mata Malick Madou

Publicité