Mamady youla, démissionnez !

Puis qu’il ne le réalise pas par lui-même, on doit le lui rappeler voire même l’exiger de lui. Le premier ministre, Mamady Youla, doit démissionner. Son départ étant irrévocable, qu’il prenne les devants. Qu’il n’attende pas d’être chassé, ce qui en rajouterait au déshonneur et à l’humiliation.

Surtout que son limogeage imminent ne serait que mérité. En effet, autant le bilan d’Alpha Condé est négatif, autant son deuxième premier ministre aura déçu. A sa nomination au lendemain de la réélection, en 2015, du chef de l’Etat, Mamady Youla avait rallié autour de sa personne tous les éloges, y compris ceux de Cellou Dalein Diallo. De lui, qui venait du secteur privé, on attendait plus d’efficacité, plus d’initiatives. Mais à l’arrivée, rien ! Totalement effacé et manquant de charisme, il est resté reclus dans son bureau depuis son entrée en fonction. Et les quelques rares fois où il en est sorti, c’était pour battre campagne pour le parti au pouvoir ou pour des apparitions à quelques foras économiques à travers le monde. Bref, jamais Mamady Youla ne s’est élevé au statut du grand manager que l’on attendait de lui.

Mais c’est surtout sur le plan du dialogue politique et social que le PM a déçu. Depuis son arrivée, la Guinée a enregistré pas mois de 3 crises sociales, toujours à la même période, au mois de février. Mais Mamady Youla n’en a résolu aucune. La première fois, en février 2016, c’est à l’Assemblée nationale que l’accord avec les syndicalistes avait été signé. En 2017, c’est une rencontre entre Alpha Condé et les acteurs sociaux qui avait permis de débloquer la situation. Et cette année, c’est un pool de ministres désigné par le chef de l’Etat qui a négocié avec le SLECG. Sur le front politique non plus, Mamady Youla n’a, à aucun moment, été déterminant. Ainsi, au lendemain de la grosse manifestation de l’opposition du 16 août 2016, Alpha Condé n’avait obtenu l’accalmie qu’au prix d’une audience accordée à Cellou Dalein Diallo et à la mise à disposition du budget de fonctionnement du chef de file de l’opposition. Des morts font écho aux crises politiques, aucune lumière n’est faite dessus. Et les Guinéens sont encore plus pauvres qu’ils ne l’ont jamais été. C’est cela l’autre bilan de Mamady Youla.

Quand le décret de son limogeage sera rendu public, c’est sera le grand soulagement. Tout le monde poussera un ouf ! Et c’est si évident qu’il en est lui-même conscient. Une raison de plus pour qu’il s’en aille, pour sauver ce qui peut l’être encore

S.Fanta

Publicité