Malversation à la mairie de ratoma : les précisions du coordinateur général de dycicoc

U n cas de détournement des fonds qui remonte à 2016 dans la commune de Ratoma a été révélé récemment par une structure de lutte contre la corruption. Cette affaire, largement commentée sur les réseaux sociaux, a incité les membres de l’ONG ‘’ Dynamique Citoyenne Contre la Corruption (DYCICOC) à diligenter une enquête pour situer les responsabilités.

Dans un entretien accordé ce mardi 27 novembre 2018 à la rédaction de guineeactuelle.com, le coordinateur général de cette ONG, Alpha Bayo a apporté des précisions sur cette affaire qui incrimine le président de la délégation spéciale et candidat du parti de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) pour la mairie de Ratoma, Souleymane Taran Diallo.

« D’après nos petites démarches, nous nous sommes rendus compte qu’il y a eu plus d’un milliard de francs guinéens qui a été détourné dans la commune de Ratoma. Pour ce qui concerne la recette fiscale, pour une commune aussi importante que celle de Ratoma, on nous a parlé d’une recette de trois milliard trois cent quatre-vingt millions francs guinéens (3.380.000.000 GNF). Moi, je trouve ça anormal. Une grande commune comme Ratoma, on doit aller au-delà de ça si les services fiscaux jouent pleinement leur rôle » a-t-il entamé

A en croire à cet activiste de la société civile guinéenne, qui croit dur comme le fer, il y a eu une nette différence entre ce qui a été fait et ce qui était prévu au compte de l’année 2016.

« D’après l’exercice de 2016, le montant réalisé était d’un milliard quatre cent quatre-vingt-dix-sept millions quatre cent quatorze mille quatre-vingt-un francs guinéens (1.497.414.081 GNF). Entre la prévision et la réalisation, on constate un manquant d’un milliard huit cent quatre-vingt-douze millions cinq cent quatre-vingt-cinq mille francs guinéens (1.892.585.000 GNF) a révélé M. Bayo.

Ce n’est pas tout, le coordinateur général de la DYCICOC souligne que même au niveau de ce montant(un milliard quatre cent quatre-vingt-dix-sept millions quatre cent quatorze mille quatre-vingt-un francs guinéens), il y a eu de détournement.

« Nous constatons aussi qu’il y a des détournements de part et d’autres. Nos autorités doivent vraiment se pencher à la défense de la population parce que déjà, le montant sorti des caisses, c’était deux milliards six cent trente-cinq millions deux cent seize mille six cent trente un francs guinéens (2.635.216.631 GNF). Ce montant normalement devrait accompagner le fonctionnement et les investissements dans la commune. Nous avons remarqué, pour ce qui est de la rénovation des centres de santé parce que la commune a fait un décaissement de cent cinquante-six millions huit cent quarante francs guinéens (156.000.840 GNF) pour la rénovation des centres de santé. Cela n’a pas été réalisé » a-t-il dénoncé.

Ensuite, le coordinateur de la Dynamique Citoyenne Contre la Corruption a évoqué d’autres détournements enregistrés au sein de cette commune dans le cadre de la réalisation de certaines infrastructures.

Pour les travaux scolaires, il y a un montant de cent trente-six millions deux cent soixante-deux mille francs guinéens (136.262.000 GNF) qui ont été décaissés mais qui n’ont pas été utilisés de manière convenable. Pour la construction ou la rénovation des marchés, un montant de quarante-trois millions sept cent quarante un mille francs guinéens (43.741.000 GNF) a été décaissé mais sur le terrain rien. Pour des travaux d’électrification, trente-deux millions cinq cent vingt mille francs guinéens (32.520.000 GNF) ont été aussi décaissés mais en vain, il n’y a pas eu de réalisation. Il y a un montant de cent-vingt millions francs guinéens (120.000.0000 GNF) aussi qui a été décaissé pour les frais d’étude et des recherches au compte  de la commune, mais dans le fonctionnement du budget communal, effectivement ce montant-là a été décaissé mais sur le terrain, les recherches et les études n’ont pas été menées. Il y a un autre montant de vingt-quatre millions quatre-vingt-cinq mille francs guinéens 24.850.000 GNF, une dépense répétée dans le fonctionnement. Quand vous prenez le budget, il y a un budget de fonctionnement et un budget d’investissement, donc, ce montant a été répété deux fois, nous pensons que c’était juste des astuces pour pouvoir détourner » a accusé M. Bayo.

En conclusion, le coordinateur général de cette ONG a parlé d’autres montants décaissés sans que les travaux ne soient exécutés.

« Il y a un montant de vingt millions francs guinéens (20.000.000 GNF) qui était décaissés pour des charges des exercices antérieurs, le montant là aussi a été décaissé pour ça, mais il a été détourné. Il y a un autre montant de cent huit millions quatre-vingt mille francs guinéens (108.080.000 GNF), pour l’entretien et réparation divers et même le titre, entretien et réparation divers, c’est dans quel cadre ? Donc, nous estimons que ce montant n’a pas été décaissé pour des entretiens ou des divers, c’est pour juste des détournements.  Il y a un autre montant de cent cinquante millions sept-cent quarante un mille francs guinéens (150.741.000 GNF), comme charge pour les manifestations et cérémonies. Quand ont fait le calcul de tous ces montants, ça fait un milliard quatre-vingt-un millions neuf-cent quatre-vingt mille francs guinéens (1.081.980.000 GNF) détournés », a-t-il conclu.

Cette structure Dynamique Citoyenne Contre la Corruption qui a mené cette enquête évolue dans le cadre de la lutte contre la corruption et les pratiques assimilées. Cette dénonciation qui pointe un doigt accusateur contre le candidat de l’UFDG à la mairie de Ratoma, Souleymane Taran Diallo intervient à quelques jours de l’élection du nouveau maire de cette commune.

Décryptage de BARRY Ibrahima  

 

 

 

Publicité