Lutte contre l’ethnocentrisme en guinée : des élèves du lycée 02 octobre de kaloum sensibilisent  les populations

Conscients de la dangerosité de l’ethnocentrisme au sein de la société guinéenne, des élèves du Lycée 02 Octobre de Kaloum ont lancé un appel pour sensibiliser les membres du gouvernement, les leaders politiques et la société civileà combattre ce fléau sous toutes ses formes dans les communautés Guinéennes afin de cultiver la paix et la cohésion sociale dans notre pays.

A cette même occasion, ces lycéens ont invité la jeunesse dans sa diversité à œuvrer pour bannir la culture de l’ethnocentrisme et la discrimination raciale pour l’intérêt majeur du peuple de Guinée. En effet, une société sans cohésion, entente ou pardon est une société totalement vouée à l’échec.

Cette initiative venant de la jeunesse guinéenne elle-même permet de penser que l’espoir est permis pour la cohésion nationale. Aujourd’hui donc, les Guinéens doivent se débarrasser des  clivages politiques en acceptant de se donner la main pour faire développer le pays.   

 Concernant à cette question d’ethnocentrisme, Djenab Diallo, élève en 11ème SM1 au Lycée 02 Octobre de Kaloum, a déclaré :«Je demanderais aux Guinéens d’accepter de vivre  en société. C’est ce qui va être à l’avantage de tout le monde dans le cadre du développement non seulement mais également de la réduction du chômage endémique de la couche juvénile de notre nation. Sans la vie en harmonie dans notre société, la Guinée n’ira nulle part. Donc, chacun doit se donner la main pour bâtir ensemble et faire de notre case commune (la Guinée) un havre de paix et de justice sociale.   Et pour terminer mes propos, je lance un appel pressant aux   politiques afin qu’ils arrêtent leurs petits jeux de division ethnique et régionaliste, et qu’ils considèrent  la Guinée comme une grande famille», a-t-elle déclaré.

Sylla Fatoumata, élève en 12ème SS1 dans la même école, a affirmé : « Les politiques doivent œuvrer aujourd’hui à ce que le maximum des jeunes diplômés puissent trouver de l’emploi décent pour l’intérêt majeur de notre pays. Nous qui sommes à quelques pas de l’Université déjà, nous avons de grands soucis aujourd’hui. Parce qu’au regard de ce qui se passe sur le terrain, nous constatons que nos aînés sont entrain de trainer avec leurs diplômes en main sans trouver le moindre emploi. Donc, cette triste situation nous inquiète en tant que futurs cadres du pays », a –telle lancé. Avant d’ajouter :«Aujourd’hui, les Guinéens n’ont pas du tout intérêt à se focaliser sur les  ethnies mais ils doivent plutôt  accepter de se retrouver autour d’un idéal qui pourrait permettre à notre pays de sortir de l’ornière », ajoute telle.

Pour Adama Diallo, élève en 11ème année SM1 au Lycée 02 Octobre de Kaloum, « l’ethnocentrisme n’est pas une bonne chose.  Il ne faut pas avoir l’amour de ton ethnie seulement tout en marginalisant les autres ethnies. La Guinée regorge de plusieurs ethnies et chacun de nous est métissé à travers le brassage culturel. Aujourd’hui, les populations doivent comprendre que la Guinée est une même famille de par sa diversité culturelle. Moi, par exemple, comme je suis peulh, je ne dois pas seulement aimer ou défendre les intérêts des peulhs mais l’intérêt de tous les guinéens sans exception. Je demanderai donc aux politiques de bannir définitivement ces mauvaises intentions de  division ethnique et  sociale dans leur  agenda », a lancé mademoiselle Diallo. Avant de souligner : « nous avons tous remarqué aujourd’hui que c’est cette affaire de politique politicienne qui a totalement fissurée notre société en communautés. Avant la restauration du multipartisme en Guinée, les populations guinéennes parlaient d’une seule voix. Mais aujourd’hui, à cause de la politique politicienne, chacun nourrit en son for intérieur, une haine viscérale à l’encontre de l’autre. Quand je fais un constat aujourd’hui, il est aisé de comprendre que les gens   souhaitent   le bonheur pour eux simplement, mais pas pour les autres. Car, c’est les politiciens guinéens qui ont cultivé toutes ces mauvaises idées au sein de la société guinéenne ».

Jano Théa, élève de la 11ème année SM1 au Lycée 02 Octobre de Kaloum, a expliqué à son tour qu’aucune communauté ne peut bien vivre sans l’autre. « Moi, je vais interpeller les populations guinéennes, surtout la jeunesse qui constitue l’avenir du pays de ne pas se laisser emporter par ces problèmes ethniques et raciales. Parce que c’est des choses qui n’ont qu’un sens négatif et qui ne feront qu’empêcher le développement harmonieux de notre pays. Donc, ce que nous allons pas du tout souhaiter en tant que fils patriote de la Guinée. Pour cela, les Guinéens doivent comprendre aujourd’hui que sans l’union et la cohésion sociale, notre pays sera toujours en retard par rapport aux autres nations. Par contre, cette affaire d’ethnocentrisme ne fera que provoquer une  guerre civile dans un pays stable », a-t-il expliqué. Avant de demander à la jeunesse guinéenne de refuser de militer pour la manipulation, l’intoxication, l’exploitation des politiques mais de militer pour combattre l’ethnocentrisme au sein de  notre pays.

Sylla Ibrahima Kalil

 

Publicité