Labé : une fille violée par deux hommes en uniforme

Un militaire en service au Camp Elhadj Oumar Tall de Labé  est accusé de viol, séquestration et coups et blessure volontaire sur une fille d’une vingtaine d’année. Les faits remontent dans la nuit du lundi au mardi  11 juin au quartier Tata 1 dans la commune urbaine.

Rencontrée par la rédaction de guineeactuelle.com, mademoiselle X, qui a encore le visage complètement défiguré et des traces des coups violents sur tout le corps, a accepté de raconter sa mésaventure.

« C’est un jeune du nom de Mohamed Camara qui travaille au camp qui est venu la nuit dernière me trouver assise à Diolou chez Monsieur Barry. Il m’a dit qu’il veut me rencontrer. Il m’a dit de l’aider à rencontrer mon petit ami parce que pour lui, je connais où il se trouve. Il y avait un malentendu entre eux. Je lui ai répondu que je ne connais pas où il se trouve. Et il a dit qu’il ne me lâchera pas jusqu’à ce que je lui montre mon copain. Il était avec son ami qui travaille à l’escadron. Ils m’ont attrapé sous prétexte de me conduire à l’escadron », raconte-t-elle sous le choc.

Poursuivant, la victime a ajouté que les deux hommes en uniforme l’ont roué des coups au niveau de l’aéroport, un quartier de la commune urbaine de Labé.

« Au début, je croyais qu’ils m’amenaient à la gendarmerie mais arrivé au rond point du Tinkisso, ils ont pris la direction de l’aéroport. Arrivé sur place, ils m’ont roué de coups avant de me violer tous les deux. Ce matin lorsque je suis partie à l’escadron pour formuler une plainte contre Mohamed Camara ils ont dit que ce dernier est en détention au camp. Apres, nous sommes partis au camp pour vérifier et les agents ont dit qu’il est dans la cellule et il n’est pas sorti depuis son arrestation. Un des agents l’a appelé et il est sorti. Ils ont dit que ce n’est pas lui  et que je veux juste l’accuser à tort. Pourtant, je vais lui reconnaitre quel que soit les circonstances. Ce n’est pas une première à chaque fois, il me menace, mais c’est cette nuit qu’il a réussi » dit-elle avant d’accuser ces deux hommes de l’avoir encore soutiré la somme de 382 500 francs.

Interrogé, le commandant de la zone militaire a affirmé que le nommé Mohamed Camara, détenu depuis un certain temps au Camp, est problématique.

Par la suite, l’officier a promis des enquêtes sérieuses pour faire la lumière sur cette affaire.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que la fille est à l’hôpital pour des examens qui confirmeront ou infirmeront le supposé viol.

Assiatou Bailo Diallo

Publicité