Labé : les voiries occupées de façon anarchique

La circulation devient de plus en plus difficile dans la commune urbaine de Labé, capitale de la moyenne Guinée. En cause, presque toutes les voiries sont anarchiquement occupées, a-t-on constaté.

Des engins roulants stationnés par ci, des agrégats déversés par là et des vendeuses installées un peu partout, tel est le triste constat qu’on se fait une fois dans la ville de Karamoko Alpha Mo Labé.

En dépit des efforts consentis par les autorités communales pour désengorger la voirie urbaine, des bouchons et d’autres obstructions persistent.

En dénonçant cette triste réalité, Chérif Haidara, commerçant estime que les responsabilités sont partagées de part et d’autre.

« La route est faite pour les engins. Ce n’est là qu’on vient étaler et vendre des marchandises ou bien garer des véhicules toute la journée. Ce n’est pas normal. C’est ici seulement qu’on voit ça. La responsabilité est partagée entre les autorités et les citoyens. Car  si on observe bien la ville de Labé, on constate des immeubles qui poussent de partout. Et pour la plupart de ces bâtiments, les propriétaires n’ont pas songé à laisser un espace pour un parking même pour les locataires. C’est pourquoi chaque conducteur gare où ça lui chante » a-t-il déploré.

Au demeurant, le premier responsable de la commune urbaine de Labé, Mamadou Aliou Laly Diallo affiche désormais une ferme volonté d’aller en guerre contre les contrevenants.

« Nous avons voté des sanctions par rapport aux occupants illégaux. En ce qui concerne les motos par exemple, une pénalité est mise en place, les voitures et les camions idem. Et nous allons appliquer ces pénalités à la lettre. Nous avons mis à la disposition de l’équipe deux tricycles pour leur permettre de transporter ces engins. Si nous prenons une moto, le propriétaire doit payer une amende de  25.000fg, les voitures  50.000 et les camions 100.000fg. Tout ceci a été décidé lors d’une session extraordinaire tenue dernièrement à la commune.  Concernant les étalagistes, à l’heure où je vous parle, le problème est résolu à 90 % et nous sommes sûrs que dans quelques temps, il sera à 100% » a précisé le maire de la commune urbaine de Labé.

En dehors de ces stationnements fantaisistes, des voix s’élèvent pour dénoncer le déversement d’agrégats de construction sur ces voies déjà étroites.

« Pour la ville de Labé, il serait très bon de gagner un peu plus d’espace en délocalisant certaines activités comme la menuiserie métallique et la menuiserie en bois. Trouver un endroit à trois kilomètres ou à cinq kilomètres de la ville pour ces gens à fin de désengorger un peu la ville. Les constructions qui ont été réalisées dans la ville n’ont pas été faites dans les règles de l’art. Il faut donner beaucoup plus d’espace aux citoyens qui veulent respectés la loi » a proposé Souleymane Papa Sow, citoyen résidant à Labé.

Assiatou Baillo Diallo

Publicité