Indiscretions autour de certains proches du pouvoir : un jeune guinéen vivant au sénégal dit être menacé de mort par baidy aribot

«  Je suis un homme recherché en Guinée par les hommes politiques, ils veulent ma peau », c’est par cette phrase que le jeune Guinéen Moh Soumah, ancien collaborateur de Baïdy Aribot, annonce sur sa page Facebook être menacé de mort par quelques hommes politiques guinéens.

Pour en savoir plus votre site d’informations guineeactuelle.com l’a joint au téléphone depuis Dakar (Sénégal). Dans cet entretien, le jeune homme explique ses relations avec son camarade, la fin de leurs liens et les menaces proférées à son encontre. Bonne lecture.

Bonsoir monsieur, pouvez- vous vous présenter à nos lecteurs s’il vous plaît ?

Je suis Moh Soumah, activiste et diplômé en marketing et communication à Dakar.
Alors aujourd’hui, nous parlons de votre relation avec les hommes politiques, mais avant tout expliquez-nous, comment vous avez connu Baïdy Aribot ?

On était tous ensemble au Sénégal, je ne sais plus exactement dans quel cadre on s’est connus, mais j’étais son petit sûr, pendant 8 à 9 ans. C’est grâce à lui que je suis rentré en Guinée après ma formation à Dakar, il m’a fait rentrer au pays pour me chercher un travail et je suis devenu son communicant sur les réseaux sociaux. On passait même parfois la nuit ensemble pour que vous puissiez imaginer notre lien.

Comment cette relation a-t-elle chamboulé ?

En mai 2017, il s’est passé un petit problème entre nous. Je vous explique : ce jour-là, deux filles se sont retrouvées chez lui, alors qu’il était avec une d’entre elles dans sa chambre. L’autre est venue, mais vu que moi, j’étais d’abord avec la seconde, ils m’ont tous accusé d’avoir averti la fille de la venue de la première, chose qui n’était pas le cas. Alors, il m’a chassé de chez lui et c’était la rupture. Ensuite, je me suis retrouvé avec Aboubacar Bobody Camara en tant que communicant sur les réseaux sociaux.

D’où sont venus alors tous les problèmes avec les autres hommes politiques ?

Lorsque j’étais avec Bobody, j’ai fait la connaissance d’assez d’hommes politiques parmi lesquels figure le général Sékouba KONATÉ qui m’a même offert une voiture. Jaloux de cette collaboration avec ses camarades, Baidy Aribot a commencé à me rapporter chez Bobody. Il est allé jusqu’à lui dire qu’il m’a chassé de chez lui parce que j’étais un voleur, que ce dernier devrait faire comme lui. Mais Bobody est intelligent, il ne m’a pas chassé. Quant à moi, j’ai commencé à faire des critiques sur les réseaux sociaux notamment sur la nomination de Bantama SOW, et c’est à cause de ça tout a basculé, mes critiques dénonciatrices ont fait que je me suis retrouvé avec un tas d’ennemis. Je me rappelle le jour que Bantama Sow est allé prendre des bérets rouges (de la garde présidentielle) pour venir m’attaquer. Dieu merci ! J’ai un de mes grands, le Caporal Sylla qui m’a averti. Avant leur arrivée, je me suis enfui pour aller dans un motel à Matam, le matin, je suis allé à Dakar.

Revenons au vif du sujet, d’après votre dernière vidéo, vous avez déclaré que Baidy Aribot veut vous tuer, comment vous pouvez l’accusé d’avoir planifié un tel projet ?

C’est loin d’une simple accusation, Baidy Aribot a mis en mission l’un de ses petits, du nom SOUMAH qui réside au Maroc, pour nous exciter à nous y rendre, histoire de nous faire traverser pour l’Europe. Et une fois laba sa mission était de nous livrer aux bandits pour qu’ils nous tuent. Je n’étais pas le seul ciblé, c’était aussi le cas d’un autre ami du nom de Sylla Yakhouba (Mengué Ballaye Sylla Yakhouba) qui est le petit de M’Balia MAGASSOUBA. Moi, je n’ai pas eu le courage de partir et mon ami est parti, il a été accueillie par le petit de Baidy Aribot, c’est quand il est rentré en Espagne qu’il m’a envoyé une photo pour me dire qu’il est bien rentré.

Mais si c’était pour vous tuer comment Mengué Sylla est-il arrivé en Espagne, il était censé mourir d’après vos explications ?

Oui, j’allais revenir sur les explications. Au fait, quand j’ai vu sa photo curieuse, je lui ai appelé et il m’a expliqué qu’il a été envoyé au Maroc par un petit de Baidy Aribot qui lui a fait sortir à 02 h du matin pour lui faire traverser. D’après ses déclarations, les bandits l’ont attaqué mais par la grâce Dieu il y avait un Guinéen et d’autres personnes qui l’ont aidé et les bandits ont fui. Alors, le Guinéen l’a pris en charge et ses frères, qui sont en Europe, l’ont aidé financièrement et il a traversé.

Vous l’avez envié ?

Non même pas, c’est après ces explication que j’ai fait une publication dénonçant cela. C’est à partir de ça que le petit de Baidy Aribot au Maroc m’a appelé pour se justifier. Il m’a dit que c’est vrai que Baidy Aribot lui a demandé de nous livrer aux bandits, mais que lui, il n’allait pas exécuter cet ordre. Même ce 20 août 2018, il m’a appelé pour me dire qu’il n’est pas d’accord avec Baidy Aribot et qu’il lui a demandé de l’argent, mais Baidy Aribot a refusé parce qu’il n’a pas réussi sa mission.

Mais alors comment Malick Sankhon est rentré dans cette histoire ?

Pour lui, c’est à cause de mes critiques à l’endroit du président après les élections communales, parce qu’ils ont voulu tricher au détriment d’Aminata TOURÉ à Kaloum. Lors du match de ligue des champions africaine qui opposait le Horoya AC et la Génération foot du Sénégal au stade Léopold Sédar Senghor en mars 2018, Malick est venu avec trois bérets rouges qui étaient en civil, ces derniers m’ont interpellé et m’ont dit que j’étais en état d’arrestation. Je connais l’un d’eux, il s’appelle Sogoboli BANGOURA. Je les ai tous insultés et comme je parle le wolof, les Sénégalais m’ont défendu et ils sont allés rejoindre Malick Sankhon. Pour preuve Youssou NDour et le président de la fédération sénégalaise de football en l’occurrence Augustin Senghor, m’ont soutenu en me disant de ne pas craindre parce que j’étais dans un pays de droit, et même KPC était sur les lieux. De suite, j’ai fait une vidéo pour informer la population quand le général Sékouba KONATÉ a vu la vidéo, il m’a appelé à quitter les lieux et le lendemain, j’ai porté plainte contre Malick Sankhon à la direction des investigations criminelles du Sénégal.

Y a-t-il d’autres personnes qui te veulent toujours du mal comme tu le dis ?

Oui bien sûr et c’est tout l’entourage du président Alpha CONDÉ. Si je vous dis que l’un de mes grands vivants en Europe m’a informé, qu’ils ont fait une réunion autour de moi pour trouver des solutions enfin de finir avec moi. Ils ont appelé mon grand pour lui demander le nom de mes parents, peut-être que c’est pour aller voir les marabouts. Mais ils ne savent pas que pour ne rien au monde, je vais me taire, même le Premier ministre Kassory m’a proposé de l’argent pour que je me taise sur ce qu’il m’a dit à propos de son choix de rejoindre le RPG, il l’a fait parce qu’il se dit que les malinkés sont avec Alpha Condé et pour gagner, il faut qu’il rejoigne ce camp, comme ça, il aura les malinkés et les soussous de son côté.

Après une telle déclaration, s’ils essayent de te suivre, aurez-vous des preuves pour vous défendre ?

Je n’ai pas de preuves concrètes, mais j’ai des gens qui pourront témoigner, car ils sont des témoins oculaires.

Quel est votre mot de la fin ?

Je veux dire à tous ceux qui me veulent du mal, ils ne pourront rien faire, car ma vie se trouve dans la main d’Allah le tout-puissant. Les vérités, je les dirais à qui veut ou doit les entendre. Ceux qui sont là actuellement à Dakar pour me tuer sur ordre de Baidy Aribot vont une fois de plus échoués.

Tout le plaisir a été pour nous de faire cet entretien avec vous.

Plaisir partagé. Mon combat ira jusqu’au bout InchAllah, une fois de plus merci à vous.

Saran TRAORÉ

Publicité