Hadj 2018 : le coût du pèlerinage fixé à plus de 40 millions de francs guinéens

Le  Secrétariat Général aux Affaires Religieuses a fixé le montant pour le pèlerinage de l’année 2018 à quarante millions neuf cent quarante-cinq mille francs guinéens (40 945 000 GNF) soit 4.525 dollars. Cela contrairement à l’année 2017 où le tarif était de 40 672 000 GNF.

En 2017, les pèlerins guinéens avaient accusé un grand retard avant de se rendre en Arabie Saoudite pour accomplir  le 5ème Pilier de  l’Islam. Un retard dû à la mauvaise organisation du pèlerinage par les autorités guinéennes . Pour éviter les mêmes difficultés de l’année dernière,  le directeur national Adjoint du pèlerinage au Secrétariat des Affaires Religieuses, El Oumar Talibé KABA nous indique que  son service a pris des dispositions dans le but de soulager les pèlerins. La nouveauté de cette année est  que  les opérations du pèlerinage ont déjà commencé  depuis le 16 avril  2018, date à laquelle le secrétaire général des affaires religieuses a fait la déclaration officielle fixant le tarif du pèlerinage et elles prendront fin le 29 juin prochain. Les inscriptions sont ouvertes  au Centre Islamique de Donka, dans les cinq communes de la capitale Conakry ainsi que dans les 33 préfectures du pays . Pour lui, c’est une première que le Secrétariat Général aux affaires religieuses procède aux inscriptions trois mois avant la date du pèlerinage qui est fixée le 24 juillet prochain .

En ce qui concerne  l’augmentation du tarif de 273 mille francs guinéens, le directeur national adjoint du pèlerinage a apporté des précisions :« Quand on regarde très bien, on ne trouvera pas une augmentation, parce qu’on a inclut sur le tarif de cette année 2018 le prix du mouton ; c’est-à-dire le sacrifice que le pèlerin fait  une fois à la Mecque. Si les années antérieures c’est le pèlerin qui achète le mouton, cette fois si, il n’enlèvera pas d’argent dans sa poche pour le faire, donc c’est une nouveauté. Et ce mouton coute jusqu’à 100 dollars soit 900 mille francs guinéens ».

Pour éviter un quelconque retard dans le processus, le secrétariat des affaires religieuses, demande  aux candidats d’aller très vite dans les inscriptions et  aux autorités administratives, que ce soit au niveau des ministères ou des institutions de  fournir la liste de leurs candidats pèlerins très rapidement, afin que  des dispositions soient  prises pour un pèlerinage réussi.

A rappeler que les dossiers que les candidats doivent fournir sont entre autres : l’extrait de naissance, le certificat d’habitude médical, la copie du reçu bancaire, les quatre photos d’identité le passeport.  Au total, 9 000 candidats sont attendus dont  3000 venants du gouvernement et 6000 des agences privées. Le premier convoi doit quitter Conakry le 24 juillet 2018.

Youssouf Thiam

Publicité