Guinée : vers la réglementation de la gestion sur la protection des données personnelles des emprunteurs   

D ans le cadre de l’amélioration des affaires en République de Guinée basée sur l’étendue du climat d’affaires qui se détériore actuellement, la banque centrale et ses partenaires ont créé une structure privée appelée ‘’ bureau d’information sur le crédit’’ (BIC) pour la gestion des antécédents crédits chez les facturiers et qui leur permettra de fournir un rapport de solvabilité.

La création de cette structure intervient après un long constat sur la détérioration des affaires en Guinée due à l’absence des crédits et sa paie.

Pour maintenir un lien de confiance entre les créditeurs et les emprunteurs, le BIC entend proposer un projet de loi pour réglementer ce secteur basé sur le partage des données. Cet autre projet de loi, vient s’ajouter sur la loi sur la confidentialité des données financières déjà disponible en Guinée.

C’est pourquoi, plusieurs financiers et directeurs de banques se sont retrouvés ce jeudi à Conakry pour prendre connaissance du contenu dudit projet.

« Il n’y a pas de crédit au préalable sans réglementation. Le partage des données personnelles doit être au-delà de la confiance. Il faut une réglementation, il faut régir ce secteur par des lois. Cette réglementation permettra à la Guinée d’améliorer son classement dans le partage international des données. La présence de ce bureau permet d’augmenter de façon exponentielle l’octroi du crédit. Cette loi doit explicitement fournir la gestion des données. C’est cette mission que reviendra à la BIC, une structure qui répondra aux normes internationales. La Guinée doit s’inspirer de l’expérience des  autres pays » a déclaré Osacar, expert à la banque mondiale.

Ce projet de loi qui comprend une trentaine d’articles  et 6 titres viendra palier le problème lié à la gestion et la protection des données financières et personnelles équitables entre créditeurs et emprunteurs.

Iso Abdoul Latif

Publicité