Georges weah dos au mur: les libériens dans la rue

Les scandales financiers ont finalement eu raison du pouvoir dirigé par l’unique Ballon d’Or Africain. Ainsi va la réalité du pouvoir qui se retrouve secoué pour la toute première fois, plus d’une année aux affaires.

Elu  en Décembre 2017 avec plus de 65% des voix, l’arrivée à la Présidence du footballeur africain des années 90 a séduit. Dans un pays en proie à des années de guerre, une accalmie avait pris forme. Sauf que les cadres en charge des finances du pays ont poussé à bout les Libériens. La rue a décidé de se faire entendre le vendredi 7 juin 2019.

Weah qui aura été opposant durant une décennie, fait face à l’opposition. La redistribution des ressources n’a pas été effective. En plus, des détournements depuis l’ancien régime continuent de faire le buzz sans que l’ex attaquant de Marseille ne rende compte. Il vient d’être crucifié par un rapport l’épinglant où plus de 22 millions USD ont été mal gérés.

Une mauvaise publicité où les argentiers du pouvoir (Conseiller économique à la présidence ; Directeur de l’Agence des Investissements ; ministre des finance ; Directeur national du budget ; gouverneur de la banque centrale) sont dans l’œil de la rue de Monrovia. Georges Weah sera tenu de se débarrasser de certains collaborateurs devenus encombrants.

Enfin, le taux d’inflation a connu une flambée qui vit mal le peuple. Ce paradoxe dans un pays où la chose sécuritaire est sensible montre bien qu’après bientôt 2 ans aux affaires, Weah joue sa survie. Les mandats présidentiels étant de 4 ans, la première moitié du bail en cours n’est pas fameuse.

Au Ballon d’Or 1995 de renverser la tendance en prenant les décisions qu’il faut.

Keita Idrissa

Publicité