Entrepreneuriat en guinée : les réalités du secteur

Le choix d’entreprendre personnellement est pour beaucoup de jeunes une forme d’assurance qui constitue un rempart contre le chômage et la pauvreté.

Ce secteur qui attire la couche juvénile rencontre d’énormes difficultés tant dans l’octroi des contrats que dans l’accompagnement et l’implication des institutions financières.

On ne peut pas affirmer avec certitude que la réticence de ces établissements de crédit soit positivement et entièrement corrélée avec le déséquilibre macroéconomique et/ou la nature des réformes mises en place. De nombreux autres facteurs tels que la corruption, la déficience du cadre juridique (caducité des textes par rapport à l’entreprenariat et au contenu local) ou encore l’échec de la banque centrale dans la préservation de la stabilité des prix (son objectif principal selon l’article 8 de la loi bancaire) peuvent également l’expliquer.

L’incertitude et l’asymétrie de l’information qui caractérisent les marchés notamment le marché du crédit conduisent les institutions financières à des rationnements de crédits importants. Ces rationnements sont pour les banques une façon de se prémunir contre les risques sous-jacents légitimés par les distorsions constatées sur le marché du crédit les donnant libre cours d’user de moyens stricts pour mieux contrôler la clientèle.

« Les entreprises naissent et meurent rapidement parce que L’État ne s’implique pas suffisamment », nous confie Mr Bangoura Alpha Sékou, jeune entrepreneur et Directeur Général d’AES (Africa Equipement Service) fournisseur d’équipements industriels et de BTP qui travaille depuis plusieurs années avec des compagnies minières, des départements ministériels et des sociétés de production de ciment.

« J’ai perdu un marché d’un milliard quatre cents millions (1.400.000.000) de francs guinéens avec la compagnie GAC (Guinea Alumina Corporation) qui était prête à financer à hauteur de 40% les achats par manque d’accompagnement financier », poursuit-il.

Les compagnies à 70% préfèrent faire leurs achats à l’extérieur et parfois avec des entreprises étrangères installées ici qui sont exonérées de toutes taxes offrant des coûts réduits qui satisfont ainsi leurs clients. Quelques entreprises locales ayant une maturité financière et des privilèges avec l’État bénéficient également de gros contrats réguliers et s’avèrent de véritables concurrents pour les jeunes entreprises locales avec des fonds et moyens limités.

Un grand nombre de ces entreprises locales ne possède pas les fonds requis pour réaliser les importants bons de commande ou les appels d’offres qu’elles parviennent à gagner. Elles peinent à obtenir le soutien des partenaires financiers (banques et autres institutions de financement) à cause de la rigueur procédurale de ceux-ci qui, en plus des nombreux dossiers à fournir exigent des garanties particulièrement très élevées (notamment des titres fonciers).

En se concertant, les jeunes entrepreneurs locaux ont réussi à créer le PAJEGUI (Patronat des Jeunes Entrepreneurs de Guinée) qui a soumis à l’État le projet de mise en place d’une Agence Nationale de Régulation et de Conformité des Achats et Services en République de Guinée. Ce projet définit un système de contrôle et de conformité que L’État pourrait mettre en place afin d’aider, protéger, favoriser et encourager l’entreprenariat local à travers :

– L’implantation de l’agence de contrôle et de conformité des achats et services ;

– L’établissement d’une liste des entreprises locales ;

– La mise en relation avec une entreprise étrangère pour assister les locales dans la réalisation des marchés sur place ;

– La garantie à l’agence de 1% de la valeur du marché pour son bon fonctionnement en impliquant la banque centrale pour garantir les fonds alloués.

La réalisation de ce projet pourrait ainsi permettre aux entreprises faisant de gros chiffres d’affaires à s’installer sur place vu que les offres sont favorables aux entreprises locales et ainsi payer d’énormes taxes pour renflouer les caisses de l’État.

 

Mamadou Pathé DIENG

Publicité