Emeutes de boké : ‘’la population pense que boké a été vendu’’, dixit un opposant.

Les émeutes qui ont éclaté   mardi 11 septembre à la préfecture Boké, au nord-ouest de la Guinée, vont de mal en pis. Et pour cause : les habitants de cette cité minière qui protestent contre le manque d’électricité dans leur localité auront vu deux de leurs fils tomber   sous les balles. Des blessés graves et autres dégâts matériels importants ont été par ailleurs enregistrés.

Au moment où nous écrivions ces lignes, il se disait que les autorités s’apprêteraient à instaurer l’état de siège pour calmer les ardeurs des manifestants.

Mais cette crise aurait-elle une autre explication profonde ?

C’est à cette question que Alhousseine Makanéra Kaké, actuel porte-parole de l’opposition, par ailleurs natif de Boké tente de répondre. Interrogé jeudi 14 septembre par la rédaction de guineeactuelle.com,  monsieur Kaké a déclaré  que la population pense que Boké a été  vendu, parce que des  20 milliards décrochés par monsieur Alpha Condé en Chine (accords-cadres passés entre la Guinée et la Chine, Ndlr), 1 milliards et demi sont décaissables, mais orientés pour la construction des universités et la route Conakry-Coyah-Dabola’’.

Or ce prêt est adossé sur les matières premières et les matières premières se trouvent essentiellement à Boké, Boffa, Télimélé et Gaoual.

‘’Donc, on oriente aucun franc à Boké. On oriente 1 milliards et demi ailleurs, alors que même 100  millions de dollars pouvaient résoudre ce que Boké demande. Peut-être pas tous les problèmes, mais ça pouvait limiter les dégâts.

De ce fait, la population de Boké s’estime lésée et flouée par le gouvernement et considère que celui-ci a vendu Boké. Ils pensent que cela est inacceptable’’,.

Le porte-parole de l’opposition poursuit : ‘’C’est pourquoi, j’interpelle le gouvernement, afin qu’il évite de banaliser la tuerie ; parce qu’on a l’impression qu’en Guinée la vie humaine coûte moins chère que la vie d’un poulet.

Lors de la première manifestation, il y a eu quatre morts ; cette fois-ci un mort confirmé et trois morts probables, d’après les informations que nous n’avons pas vérifiées. Mais, s’ils continuent de banaliser la tuerie ils vont obliger la population à se défendre elle-même, parce qu’elle ne se sentira plus protégée par l ‘Etat. Que Dieu nous garde d’en arriver là’’.

 

Alhousseine Makanéra Kaké conclut en disant que sur les 20 milliards de l’accord cadre : ‘’tous les fils de Boké et d’ailleurs, tous les patriotes, doivent se mobiliser pour obliger le gouvernement à réorienter les 1 milliards et demi décaissables, en envoyant au moins 500 millions de dollars à Boké’’.

Nantou Kanda

 

Publicité