Déguerpissement de kaporo-rails en 1998 : de graves révélations contre le ministre du tourisme

L e représentant d’African Crisis Group en Guinée et président de la Convention des Acteurs Non Etatiques de Guinée (CANEG), Sékou Goureissy Condé, s’est exprimé, lundi 12 novembre 2018, sur la situation des habitants de Kaporo-Rails, en banlieue de Conakry, victimes de déguerpissement.

Au cours d’une conférence de presse, l’ancien ministre de la sécurité s’en est vertement pris à l’actuel ministre du tourisme, Thierno Ousmane Diallo qui était chef de quartier au moment des faits.

En réponse aux propos de Goureissy Condé, affirmant qu’il n’y a pas eu de morts d’hommes par balles à son temps, l’actuel ministre du tourisme, Thierno Ousmane Diallo a formellement démenti celui qui a été ministre de la sécurité de 1997 à 2000.

Lors de sa conférence de presse, Docteur Sékou Goureissy Condé, a condamné les propos tenus par le ministre du Tourisme et de l’hôtellerie, qui aurait dit publiquement qu’ils ont enterré clandestinement vingt-cinq (25) personnes ‘’tuées’’ sous l’ordre de Sékou Koureissy Condé, ministre de la sécurité à l’époque.

Plus loin, le président de la CANEG a accusé Thierno Ousmane Diallo, chef de quartier de Kaporo-Rails, au moment des faits,  d’avoir délibérément vendu des terrains à des ressortissants du Foutah dans des domaines appartenant à l’Etat.

« Le chef de quartier (Thierno Ousmane Diallo, ndlr) faisait venir des familles du Foutah, leur vendre des terrains dans les domaines de l’Etat et les installer, village par village. Il a été sommé de dire au chef de quartier de cesser. Mais, il n’avait pas cessé. Finalement, le gouvernement a envisagé d’envoyer des militaires pour les déguerpir des lieux et malheureusement, il y avait une préparation psychologique de ces citoyens » a-t-il soutenu

BARRY Ibrahima

 

Publicité