Dalaba : panique après deux décès suite à des diarrhées et des vomissements

L[/dropcap] près deux décès enregistrés les 1er et 3 septembre dernier, dans les villages de Boubacariah et Languet, situés à 4 kilomètres de Bodié dans la préfecture de Dalaba, suite à des diarrhées et des vomissements, les citoyens de ces localités ont été prises de panique, a-t-on appris des sources locales basées à Dalaba.

Selon nos informations, la première victime, âgée de 86 ans, a été enterrée sans aucun test préalable et de façon non sécurisée et la seconde, âgée de 80 ans, a été prise en charge au centre de santé de Bodié pour des douleurs abdominales et vomissements.

Alors qu’un test rapide au choléra s’est avéré négatif, des observateurs ont estimé qu’il pourrait s’agir d’Ebola.

C’est dans cette atmosphère qu’une équipe de la Direction Préfectorale de la Santé (DPS) de Dalaba s’est rendue dans les villages pour confirmer ou infirmer l’alerte, mais aussi identifier les contacts des deux cas probables en vue de rompre éventuellement la chaine de transmission et sensibiliser la communauté sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie suspectée (toxi-infection alimentaire).

Au terme de l’enquête diligentée à cet effet, la DPS conclut à une intoxication alimentaire, mais recommande un suivi des contacts.

« Les citoyens de ces différentes localités ne présentent aucun signe en faveur du choléra à la date du 05/09/2019 probablement en rapport avec une infection alimentaire. Il faut préciser que dans les deux ont mangé leur plat de riz. Le risque de propagation est très minime à Boubacariah ou habitait la 1ère victime car elle vivait seule dans sa petite case. En ce qui concerne la 2è victime, (sœur de la 1ère victime), la situation reste inquiétante, car si elle a été enterrée de façon sécurisée, elle partageait le même toit avec ses enfants et ses petits-fils »  a indiqué docteur Niankoye Michel Haba dans un rapport transmis à l’Agence nationale de sécurité sanitaire(ANSS).

Par ailleurs, la DPS a diligenté une mission de sensibilisation de masse sur les mesures de prévention et contrôle avec un accent sur la l’hygiène, l’utilisation de gants de protection, du savon et du chlore pendant le traitement des corps, et identifier un agent de santé et relais communautaire pour surveiller l’état de santé des contacts pendant 21 jours.

Hafia Diallo 

Publicité