Culture : le projet ‘’conakry, capitale africaine du livre’’ remis aux autorités guinéennes

Les écrivains guinéens, hommes littéraires et l’organisation internationale de la Francophonie souhaitent faire de la Guinée la capitale Africaine du livre. Le projet a été remis au ministre des affaires étrangères ce mardi 23 avril 2019 à l’occasion des 72h du livre la journée internationale du livre et des droits d’auteur.

C’est suite à plusieurs réflexions et débats que les professionnels africains et guinéens de la littérature ont proposé de faire de la Guinée la Capitale africaine du livre pour créer une rencontre au tour du livre en Afrique.

La directrice de la diversité et des langues de l’OIF explique le choix de Conakry par son terreau fertile, le milieu créatif et la dynamique qui existent grâce à l’événement des 72h du livre célébré en Guinée depuis plus de 11ans.

« Il y a deux ans, nous avons eu la joie d’avoir en face de nous le professeur président, son excellence Alpha Condé, nous l’avons dit tout simplement Monsieur le président nous avons un espace pour célébrer les arts à Dakar, nous avons un espace pour célébrer la culture à Abidjan, nous avons Ouagadougou pour célébrer le Cinéma, Mr le président nous aimerions avoir un espace à Conakry pour célébrer le livre. Il a accepté et il nous a encouragé » a expliqué Youna Fall, directrice de la diversité et des langues de l’organisation internationale de la francophonie.

Le projet Conakry capitale africaine du livre a été remis au ministre des affaires étrangères par le directeur général de l’Harmattan-Guinée et initiateur de l’évènement culturel les 72h du livre.

« C’est une vision, je dis et je persiste c’est une vision, on ne  peut pas s’auto proclamer capitale africaine du livre, ça se fera par le travail, par le sérieux, par l’engagement de toute la nation, et en tête le président de la République. Monsieur le ministre, c’est au nom de tous ces acteurs que je vous remet ce document de réflexion pour que le gouvernement de la République soit à côté de l’OIF et de l’ensemble des partenaires pour que ce rêve de Conakry devienne une réalité » a déclaré Sansy Kaba, Diakité Directeur général Harmattan-Guinée.

En réponse, le ministre Mamady Touré a indiqué qu’il est du devoir de l’Etat de promouvoir les productions littéraires et artistiques dans un pays.

« Je puis vous l’assurer que l’Etat guinéen ne faillira pas( … ) avec l’espoir que les 72h du livre , en dehors de son caractère de promotion et de diffusion des œuvres littéraires, serons mises à profit pour expliquer dans les moindres détails les acquis de Conakry capitale mondiale du livre et la nécessité de sa pérennisation pour le bien de la culture nationale pour que Conakry puisse être considéré comme la capitale africaine du livre tout comme Ouagadougou l’est pour le cinéma » s’est engagé le ministre des affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger.

Nantady Camara

Publicité