Contentieux électoral : deux rounds de négociations pour un accord

L es ministres Tibou Kamara, Bouréima Condé et l’honorable Amadou Damaro Camara, ont rendu une visite d’urgence au chef de file de l’opposition, pour une négociation de dernière minute à la veille d’une marche de protestation annoncée par ladite opposition.

Le round de cette rencontre a été une montagne qui a accouché d’une souris, car les deux parties ne se sont pas du tout compris sur le contenu de l’entente politique annoncée.

À la sortie de la rencontre, l’honorable Amadou Damaro Camara a déclaré devant de nombreux journalistes que lui et sa suite :  sont venus rendre visite à l’opposition républicaine, pour leur annoncer la bonne nouvelle que la guinée dans son entièreté attendait,« ce soir nous sommes parvenus à un accord sur le contentieux électoral et par conséquent nous demanderons à l’opposition de suspendre sa grève de demain, et que désormais nous saluerons le retour de l’opposition républicaine au comité de suivi pour que les négociations, le dialogue permanent entre guinéens puisse continuer pour le bien de tous les Guinéennes et Guinéens ».

À la question de savoir quelle est la nature de l’accord qui a été trouvé, l’honorable Amadou Damaro Camara a d’abord narré les péripéties de ce contentieux électoral avant de répondre qu’il y avait 342 circonscriptions électorales, dont 12 qui avaient eu des problèmes et qu’il se sont donc entendu qu’il ne serait basé ni sur un quelconque résultat, ni sur une quelconque décision de justice ou de la CENI, mais une entente politique pour que la crise puisse prendre fin : « dans ces conditions donc, sur les 6 communes urbaines, il a été attendu que nous laissions Matam à l’UFR pour présenter son candidat à la mairie, à Matoto, le RPG sera candidat à la mairie », avant d’être interrompu par le chef de file de l’opposition qui souligne être confus dans les explications et qu’il aurait compris autrement l’entente, c’est-à-dire selon lui : « qu’il y aura des élections dans toutes les 5 autres communes urbaines et on va laisser la commune de Kindia à l’UFDG, dans les autres, il y aura des élections et les communes rurales, on les laisse à l’UFDG et à l’opposition ».

À cette intervention du chef de file de l’opposition, l’honorable Damaro Camara a paru complètement médusé, avant que M. Cellou Dalein Diallo n’insiste : « il y aura des élections, sur la base des résultats officiels des élections seront organisées dans les autres communes et on nous laisse l’exécutif de la commune de Kindia, c’est sur ça qu’on s’est entendu », puis à l’honorable Damaro Camara de déclarer que : « c’est une totale incompréhension ».

Poursuivant, l’honorable Amadou Damaro Camara, déclare : « qu’il n’y a pas de raison qu’il y ait des élections dans certaines communes et qu’il n’y ait pas d’élections dans d’autres », pour lui l’entente serait que : « dans cette commune, nous (RPG-Arc-en-ciel) ne sommes pas candidats à la mairie et dans d’autres communes vous (opposition républicaine) n’êtes pas candidat à la mairie. C’est ce qu’on appelle l’entente politique, chacun prend un certain nombre de communes sauf les communes rurales, où quand on dit qu’on laisse à l’UFDG par exemple, nous ne présentons pas de candidat à l’exécutif dans ces communes, c’est ça qu’on appelle l’entente politique ».

Devant cette confusion totale, le chef de file de l’opposition déclare : « Damaro, il y a un malentendu parce que moi ce que j’ai compris dans cette communication, il doit y avoir des élections ».

C’est dans ce brouhaha, que les deux parties ont une nouvelle fois décidé de s’isoler pour accorder leurs violons.

Revenant plus tard dans la soirée, toujours entouré de sa suite, du chef de file de l’opposition et des autres leaders de l’opposition républicaine, avec cette fois un relevé de conclusion écrit et signé par les différentes parties, l’honorable Amadou Damaro Camara énumère les points sur lesquels ils se sont entendus en trois grands chapitres dont :

A – Du contentieux électoral : les 2 parties conviennent de concéder à l’opposition, la désignation des présidents des conseils de quartier et de district dans les 26 quartiers et districts réclamés par l’opposition, ainsi que la désignation des maires des communes rurales de Weindékénèma, Bignamou, Diarso, Tindoye, Mafara et Bissikrima et du maire de la commune urbaine de Kindia. Et de concéder à la mouvance la désignation du maire de la commune urbaine de Dubreka. Les exécutifs de 4 autres communes à savoir Matoto, Matam, Ratoma et Dixinn seront élus conformément aux dispositions légales.

B – De l’assistance financière des victimes prévue dans les accords politiques : la délégation gouvernementale à informer l’opposition, de l’existence dans la loi des finances 2018 des crédits destinés à cette assistance, les 2 parties ont convenues de diligenter la mise en œuvre effective de cette assistance.

C – De la libération des prisonniers : la délégation gouvernementale a pris acte des préoccupations exprimées par l’opposition républicaine par rapport à la libération de ses militants et responsables arrêtés lors de la crise post-électorale et a promis de rechercher une issue diligente à cette situation.
Les deux parties se sont quittés sur cette lueur d’espoir avec l’annulation de la marche de l’opposition républicaine qui était initialement prévue ce jeudi.

Saran TRAORE

 

Publicité