Cinéma guinéen : l’étrange destin de bébé sodia qui tire le diable par la queue

D ans les années 80, le cinéma guinéen  était une source d’inspiration pour les acteurs des autres pays de la sous-région. Les personnes à l’origine de ces années de gloire  vivent pour la plupart dans des conditions très déplorables.  C’est le cas par exemple de bébé Sodia, l’actrice principale du titre  » BILLY NI BEBE ».

De nos jours, cette ancienne star du cinéma guinéen revend du charbon, de l’essence et d’autre articles pour subvenir à ses besoins  et a ceux  de ses enfants.

Fanta Kourouma connue sous le nom  »bébé Sodia » a été une actrice interprète qui a connu des années de gloire, de succès au-delà même des frontières guinéennes à travers la série  »Billy ni Bébé », diffusée à l’époque à la télévision nationale (RTG).

Au fil des années, ces programmes ont été arrêtés, transformant ainsi la vie de  »Bébé Sodia » en un véritable cauchemar.

Actuellement domiciliée à Sonfonia Kass, commune de Ratoma en banlieue de Conakry,  »Bébé Sodia » est partagée entre la vente du charbon, de l’essence et des galettes pour survivre.

« Mon travail actuel, c’est la vente du charbon, de l’essence et de  la galette. Je fais ces petits commerce par ce que je n’ai pas les moyens » a-t-elle confié.

Malgré sa condition de vie très  difficile, Bébé Sodia  s’occupe aussi  des orphelins, des enfants souvent  abandonnés par leurs parents.

« J’ai une seule fille. Les autres sont des orphelins et des enfants abandonnés que j’ai adopté. J’ai retrouvé même des jumeaux devant ma porte. J’aime les nouveaux nés puisque c’est cette leçon que j’ai donnée dans mon film. Dire aux femmes que ce n’est pas bon de jeter un enfant. Les enfants que j’ai comme ça, personne ne sait ce qu’ils peuvent devenir, seul Dieu le sait. Et c’est lui qui m’aide à leur nourrir » a expliqué l’actrice la principale de la série  »Billy ni Bébé », regrettant au passage d’avoir pratiqué ce métier.

« J’ai même honte de m’exprimer sur ma vie actuelle. Là où je suis, aucun guinéen n’a  reconnu mon travail, ma contribution pour le pays. Ni le gouvernement, ni d’autres personnes. Si tu demandes certains, ils te diront que je vis en Europe alors que je souffre ici. Si je savais que ma vie allait être comme ça, je n’allais pas faire le cinéma. Je n’ai rien gagné dans ce travail » a-t-elle déclaré en larmes.

Approché par nos soins, Nadouba Bangaly Camara, fondateur de la Troupe Benso Sodia, déplorant la situation actuelle de cette icône du cinéma guinéen,  en appelle à la solidarité collective et à l’accompagnement de l’Etat pour sauver les artistes.

« Je demande humblement à l’Etat, au Chef du gouvernement, au Chef de l’Etat de penser aux artistes. S’ils nous prenaient comme avant, même si on ne rémunère pas mais qu’on nous laisse le choix de notre sponsoring » a-t-il invité.

En attendant l’aide des personnes de bonne volonté et de l’Etat, l’actrice Bébé Sodia continue de tirer le diable par la queue avec ses 8 enfants dans un magasin érigé en habitation, dont elle peine à payer la location depuis bientôt un an.

Mata Malick Madou

 

Publicité