Célébration de la création de l’ua : quelques détails à connaitre

L ’Afrique célèbre le 56eme anniversaire de l’Union Africaine ce samedi 25 mai 2019, appelée autrefois Organisation de l’Unité Africaine (OUA).

56 ans après la mise en place de l’Union Africaine, le projet de création des Etats Unis d’Afrique avec un seul gouvernement continental et une monnaie unique tarde à se réaliser.

Ce projet évoqué au 9eme sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement le 1er juillet 2007 n’est pas partagé par les 53 pays membres, même si certains croyaient que ce projet est le seul moyen de délivrer l’Afrique de la misère et de la souffrance.

Amadou Lamarana Diallo, chef de département Recherche et formation au Centre international de recherche et de documentation se rappelle encore du jour de la création de l’Union Africaine.

« Nous, en 1963, nous étions à l’école primaire et nous étions fières de réciter les noms de tous les présidents africains présents entre le 23 et le 25 mai 1963 à Addis Abéba. Il y avait deux groupes, le groupe de Casablanca et le groupe de Monrovia. Lorsqu’ils se sont réunis, il y avait deux tendances. La première ce qu’il fallait réaliser toute suite l’unité de l’Afrique avec un gouvernement continental, cet esprit-là était dominé par Nkwamé Kourouma qui était un panafricaniste parfait. Le 2eme groupe voulait la réalisation progressive de l’Unité africaine par cercle concentré, et je crois que cet esprit a dominé, de réaliser d’abord les organisations sous régionales et d’aller progressivement vers les Etats- Unis d’Afrique, l’empereur d’Ethiopie qui était du groupe de Monrovia avait souhaité que l’organisation de l’unité africaine vive mille et mille ans, j’espère que les Etats Unis d’Afrique vont émerger avec un nouvel esprit » a rappelé Amadou Lamarana Diallo

Ramadan Diallo, docteur en science politique, pense qu’il ne faut pas compter sur les gouvernants africains pour mettre en place l’Union Africaine.

« Pour moi, le problème est beaucoup plus d’ordre politique, et tant qu’on va continuer à penser que les Etats vont nous amener vers l’unité recherchée, je pense qu’on va beaucoup attendre. Je pense que le blocage du projet, c’est au niveau des Etats, la démarche qui serait la plus rapide et le plus impactant serait d’aller vers les peuples, d’aller du bas vers le haut » a-t-il estimé.

Nantady Camara

Publicité