Baccalauréat 2018 : le calme après la tempête

L‘année scolaire 2017 – 2018 a connu des tumultes suite à la grève générale déclenchée par le mouvement syndical SLECG au début du mois de février 2017.

Après plusieurs rencontres de dialogue et de négociation, les cours ont repris dans les établissements publics avec un rythme accéléré ayant pour but le rattrapage du temps de cours perdu, mais aussi de permettre l’atteinte des objectifs qui sont la dispensation effective et efficiente des programmes.

Ce mercredi 27 juin 2018, a connu le démarrage effectif du baccalauréat session 2017 – 2018 avec le lancement des premières épreuves toutes options confondues.
Dans la commune de Matoto plus précisément au lycée et centre d’examen Ahmed Sékou Touré, les autorités sous l’égide de Mr Binkomady Touré, Secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique accompagné d’une forte délégation a procédé au lancement des premières épreuves. Dans un discours bref, il a tenu à rassurer les candidats que toutes les dispositions étaient prises pour le bon déroulement de l’examen en leur recommandant la sérénité et la concentration après le lancement des sujets. « Le minimum de points requis est de 10/20, mais nous espérons avoir au-dessus de cette moyenne pour voir se démarquer parmi vous des lauréats » a-t-il conclu sous les applaudissements de la délégation.

Les candidats ont pour leur part répondu massivement à l’appel dans la discipline et l’assurance de franchir avec succès ce cap pour accéder aux institutions d’enseignement supérieur.

Mr Morlaye Yattara, Directeur communale de l’éducation par intérim précise : « Pour l’année 2018, nous accueillons un nombre total de 20 418 candidats pour 1/3 de filles dont 325 pour l’option franco-arabe et le reste reparti entre les trois autres options notamment : l’option Sciences Expérimentales soit 3 570 candidats répartis dans 9 centres d’examen comptant 119 salles et 238 surveillants. L’option Sciences Mathématiques : 5 902 candidats, 14 centres d’examen, 201 salles et 42 surveillants. Et l’option Sciences Sociales : 10 621 candidats pour 24 centres d’examen, 350 salles et 700 surveillants soit un total de 1 364 surveillants pour l’enseignement général.

Dans l’enceinte du centre, nous avons constaté un important déploiement des forces de sécurité ainsi qu’une infirmerie avec une équipe médicale opérationnelle pour venir en aide aux élèves susceptibles de rencontrer des problèmes de santé.

Au moment où nous quittons les lieux, les épreuves étaient déjà lancées dans une atmosphère conviviale.

Bonne chance à tous les candidats et candidates de la Guinée en espérant que les résultats seront méritoires et dignes de l’enseignement.

Mamadou Pathe DIENG

Publicité