Attaque du cortège de dalein : l’etat guinéen tenu pour responsable

L ’attaque du cortège du chef de file de l’opposition guinéenne le week-end dernier continue de polariser le débat politique en Guinée. Au sein de l’UFDG, des voix se lèvent pour accuser l’Etat guinéen de vouloir attenter à la vie de Cellou Dalein Diallo.

Interrogé ce jeudi 21 Février 2019 par nos confrères de la radio Espace Fm, l’un des députés de la principale formation politique de l’opposition guinéenne, en l’occurrence maitre Amadou Diallo, a fait savoir qu’une plainte a été déposée au tribunal de première instance de Dixinn contre la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS).

« Les plaignants disposent des éléments de preuve précis et concordants. Donc, quand les enquêteurs viendront, les éléments de preuve seront fournis, mais ce qui est sûr, au-delà de l’identité des agents, c’est que c’est l’Etat. C’est le service de sécurité dans l’ensemble, l’Etat guinéen est responsable », a-t-il accusé, regrettant que le fait que le parquet se refuse toujours d’ouvrir des enquêtes lorsqu’il y a des troubles qui sont causés sur la voie publique et lorsqu’il y a des violences qui sont exercées.

Par ailleurs, l’opposant a aussi dénoncé les violations par le pouvoir actuel des droits de l’homme, des principes démocratiques et l’Etat de droit. C’est pourquoi, dit-il, l’UFDG a décidé de faire recours au niveau des instances internationales, notamment la Cour de la CEDEAO.

« Nous avons décidé de faire recours maintenant aux instances internationales. Quand je dis instances internationales, je parle de la CEDEAO, à l’Union africaine, à la commission africaine des droits de l’homme et également au système des nations-unies. Donc, très prochainement, pour Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition qui a été plusieurs fois victime de brutalité et pour l’affaire de Kalémodou Yansané à Matoto, mais également pour les autres cas, les nombreuses victimes qui ont été tuées ou blessées pendant les manifestations pacifiques de l’opposition, l’UFDG entend exercer de recours sur ces trois niveaux-là pour montrer à la face du monde comment est-ce que les Droits de l’homme sont protégés dans ce pays. Donc, c’est pour vous dire encore une fois, l’UFDG pour le principe a fait son devoir, chaque fois que cela était nécessaire, nous avons saisi les cours et les tribunaux, mais malheureusement jusqu’à date aucune décision n’a été rendue en faveur des victimes des Droits de l’homme » a déploré maitre Amadou Diallo.

Samedi dernier, le cortège de Cellou Dalein Diallo a été attaqué par ‘’les forces de l’ordre’’ pendant qu’il voulait se rendre au siège de son parti où l’attendaient plusieurs de ses militants après un séjour d’un mois à l’étranger.

BARRY Ibrahima

Publicité