Assemblée nationale : session budgétaire 2020 ouverte

La session budgétaire de l’Assemblée nationale s’est ouverte ce lundi 7 octobre 2019. Le Premier Ministre, Ibrahima Kassory Fofana et nombre de ministres y ont assisté. Cette session budgétaire est consacrée à la Loi de Finances Initiale 2020.

Le ministre Conseiller spécial du Président chargé des relations avec les Institutions Républicaines, Mamadou Lamine Fofana, a indiqué que la Loi de Finances constitue un outil indispensable au Président de la République et du gouvernement pour mettre en œuvre sa politique de développement.

Selon le président de l’Assemblée nationale, le taux de croissance économique devrait atteindre 6 % en 2020 et que la production de bauxite, ayant doublé ces trois dernières années, placera la Guinée à la tête des pays exportateurs de la bauxite du monde.

« Ces performances dépendent de la poursuite des réformes structurelles, y compris celle relative au développement du secteur privé guinéen pour en faire le moteur de croissance. A ce titre, l’Assemblée nationale recommande la coordination de la politique fiscale, avec celles en vigueur dans les pays de la CEDEAO afin de conforter la compétitivité de nos industries dans le cadre de l’entrée en vigueur du nouveau tarif extérieur commun et de la mise en place prochaine de la Zone continentale africaine de libre échange (Zlec) » a déclaré Claude Kory Kondiano.

Plus loin, M. Kondiano, appelle les pays africains à déployer d’importants efforts dans la mobilisation des recettes publiques intérieures en comptant sur la fiscalité afin d’atteindre 20 % du produit intérieur brut.

De l’économique numérique, M. Kondiano estime qu’elle est en passe de devenir porteur de croissances au même titre que les autres secteurs classiques.

« L’Assemblée nationale recommande au gouvernement de continuer à faire recours au partenariat public et privé afin de mobiliser les ressources du secteur privé pour construire des infrastructures routières et énergétiques et combler le déficit actuel d’infrastructure », a expliqué le Président du parlement guinéen.

Hafia Diallo

Publicité