Apologie de l’ethnocentrisme : ce qu’il faut savoir de l’arrestation de cheick affan

Le partisan du Labé-Sangni (hégémonie de la basse côte), Cheick Mohamed Fofana, connu sous le nom de Cheick Affan, a été arrêté lundi à Coyah, par la gendarmerie, a-t-on appris.

Inculpé pour 7 chefs d’accusation (menace de mort, injures publiques, incendie volontaire, destruction d’édifices privés, diffusion d’écrits à caractère raciste, régionaliste et xénophobe par le biais d’un système informatique, après avoir pu échapper les autorités lors d’une première arrestation, a été placé sous mandat de dépôt.

Depuis la tenue des élections communales, et la crise post-électorale qui en a découlée, notamment à Kindia et Matoto, opposant le RPG à l’UFDG, Cheick Affan s’est illustré par ses messages de haine sur la toile, appelant à défendre le Labé-Sangni.

Son procès au TPI de Mafanco suite à une plainte du Ballai citoyen est toujours en cours, mais il n’a jamais été arrêté pour autant.

Cette fois, il a été arrêté, apprend-t-on, pour sa responsabilité présumée dans l’attaque en mars dernier du domicile de M. Mandjou Baldé à Falékouyé (Coyah). La victime avait clairement accusé Cheick Affan d‘avoir planifié l’attaque contre sa maison et sa famille.

Depuis un moment, le prévenu s’est lancé à des attaques contre le procureur et le commandant de la gendarmerie de Coyah qu’il a accusé d’être à la base du vol des terres aux autochtones au profit des étrangers.

Dans un post sur sa page il a écrit ceci : ‘’nous allons nous battre pour chasser le commandant de la gendarmerie de Coyah et le procureur ‘’, puis « à Coyah, le commandant de la gendarmerie et le procureur sont tous peuls qui n’ont aucune pitié pour les autochtones’’. ‘’Aucune intimidation ne marche avec Cheick Affan, ce que vous ne faites pas au Foutah, on n’acceptera pas ici en Basse-Guinée’’.

Si ces propos sont suffisamment graves pour l’unité nationale, d’aucuns pensent tout de même qu’il a été arrêté pour autre chose.

En réaction à la déclaration du chef de la majorité parlementaire, Amadou Damaro Camara, faite lors de la clôture de la session des lois 2019, faisant allusion à l’introduction de l’écriture Nko dans l’enseignement en Guinée, Cheick Affan a écrit : ‘’le Labé-Sangni exprime son opposition contre l’introduction de l’écriture Nko dans les écoles guinéennes et appelle les députés Sossoka issus des différents partis politiques à l’Assemblée de s’opposer contre le projet. Bé-mara’’.

Par ailleurs, le député Aboubacar Soumah de Dixinn a effectivement déposé ce mardi au bureau de l’assemblée une proposition d’introduction de l’écriture SOSSO Korésèbèli dans les écoles guinéennes.

Les autres groupes ethniques et culturels pourraient également introduire leurs écritures. D’autres sources révèlent que Cheick Affan serait opposé au projet de nouvelle constitution.

Hafia Diallo

Publicité