Alpha condé menace , les enseignants défient : la grève continue.

Depuis  déjà plusieurs jours, la plupart des  écoles de Guinée sont   fermées à cause de la grève déclenchée par le Syndicat  Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée(SLEEG).

L’annonce d’une entrevue entre Alpha  Condé et un groupe de syndicalistes, le samedi dernier, laissait présager beaucoup d’espoirs chez bon nombre  de guinéens qui pensaient que,  vu son profil d’enseignant, le président de la République aurait été favorable aux attentes des syndicalistes enseignants.

Alpha Condé, très malheureusement, au cours  cette  rencontre à Sekhoutoureyah avec les Syndicalistes, le Patronat de Guinée et les responsables des Radios et Télévisions Libres  de Guinée, a proféré des menaces  qui pourraient enliser davantage la situation grève :

« Toute Radio qui diffuserait les messages d’Aboubacar Soumah, cette radio sera fermée. C’est une grève sauvage, Aboubacar Soumah est un rebelle  parce qu’il n’est plus  dans la légalité et tous ceux  qui leurs   soutiennent dans ce mouvement  de grève ,nous  les  considérons   aussi    comme des rebelles. Le Gouvernement  signera tout à l’heure un protocole d’accord avec le syndicat et le Patronat pour la reprise normale des  cours, dans les écoles, le lundi  27 novembre 2017»

 Mais malgré ces menaces verbales du président  guinéen, ce lundi 27 Novembre 2017 à Conakry, les élèves des écoles de  Kaloum  notamment, le Collège Château D’eaux, le Collège Jacqueline, l’école du Centre, le Lycée 2 Octobre de Kaloum, les écoles primaires enfin n’ont pas du tout étudié ce matin à cause de l’absence  remarquée des effectifs d’enseignants.

    

La situation reste très critique et inquiétante.

Nous y reviendrons…

Par Sylla Ibrahima Kalil

 

Publicité