Alpha barry, ancien conseiller du président alpha condé, le seul journaliste milliardaire : ce qu’il faut savoir de lui

A près avoir été durant des années Conseiller du président guinéen, l’actuel ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Mamadou Alpha Barry  est devenu le rare journaliste milliardaire en francs CFA. 

Originaire de la Guinée, l’ancien correspondant de radio France internationale au Burkina a mené des luttes politiques tant en Guinée, mais aussi au Burkina Faso dont il dispose également une nationalité.

Selon plusieurs informations de sources concordantes, il aurait géré des affaires les plus intimes du président guinéen Alpha Condé, de son économie en passant par ses relations diplomatiques.

Parcours professionnel

Alpha Barry est journaliste et sociologue de formation, il fut depuis janvier 2016 : Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabé de l’Extérieur (MAECBE) ;

De 2011-2016 : Conseiller spécial du Président de la République de Guinée ;

Depuis 2008 : Président Directeur Général de la Radio Oméga ;

De 1997 à 2012 : journaliste à RFI, correspondant au Burkina, Niger, Côte d’Ivoire et Nigéria ;

De 2009 à 2012 : journaliste correspondant de France 24 ;

De 2002 à 2004 : journaliste correspondant à Reuters Télévision ;

De 2000 à 2002 : journaliste correspondant de Jeune Afrique ;

De 1994 à 2000 : journaliste au Journal du Soir (Ouagadougou) chargé des questions économiques ;

De 1992 à 1994 : journaliste à Horizon FM.

C’est le parcours professionnel de ce journaliste milliardaire.

Après sa nomination au poste du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des -Burkinabé de l’Extérieur) janvier dernier, Alpha Barry a fait une déclaration de ses biens en Avril 2016, avant son entrée en fonction comme l’exige la loi Burkinabè dans le souci de transparence, de lutte contre la corruption, les détournements des biens et les conflits d’intérêt.

Des biens qui ne correspondent pas à son profil de journaliste

A la surprise de bon nombre d’observateurs, les biens déclarés par Alpha Barry dépassent de loin ceux dont peut disposer un journaliste professionnel. Ces derniers brandissent l’argument selon lequel, le métier de journaliste n’est pas un métier qui peut faire d’un journaliste professionnel un milliardaire.

Qui pouvait imaginer un Alpha Barry milliardaire?

Les biens déclarés par Alpha Barry comprenant des biens mobilier et immobilier, publié le 25 mars 2016 au journal officiel du Burkina Faso, s’élevaient à une valeur de plus d’un milliard de francs CFA. Cette déclaration des biens a été mise à la disposition à qui de droit. Ces biens sont entre autres:

Biens meubles

Cheptel : Bovins : 25 acquis en 1996-2015 en Côte d’Ivoire

Volailles : néant

Autres : Voiture 2CV acquis en 2013  d’une valeur  de 1,5 millions à Ouagadougou (non immatriculé)

Voiture 2CV acquis en 2010 d’une valeur  de 1,2 millions à Bobo

Toyota Corrola acquise en 2014 d’une valeur de 10 millions Prix à l’achat à Ouagadougou

Toyota V8 land cruiser acquise en 2012 d’une valeur de 35 Millions prix à l’achat

Jeep Cherokee acquise en 2013 à 10 millions de francs CFA en Guinée (don)

Biens immeubles

Maisons

Maisons d’habitation

494m2 acquis en 2009 d’une valeur de 100 millions à Ouagadougou (cout de construction inclus)

750m2 : acquis en 2010 d’une valeur de 60millions à Bobo (cout de construction inclus)

250m2 : acquis en 2010 d’une valeur de 20 millions à Sarfalao (location-vente)

Appartement acquis en 2012 d’une valeur de 150 millions à Rabat au Maroc

Maison acquise en 2014 d’une valeur de 75millions à London au Canada

Maison acquise en 2014 d’une valeur de 200millions à Bowie aux USA/Maryland

Appartement acquis en 2014 d’une valeur de 220 millions en France

Maison acquise en 2015 à 35millions à Abidjan/Cote d’Ivoire

Maison en chantier acquise en 2014 d’une valeur de 55 millions à Assinie en Côte d’Ivoire

Propriétés foncières

Terrains lotis

750m2 acquis en 2013 à 35millions à Ouaga 2000, attestation d’attribution (racheté chez un tiers)

400m2 acquis en 1999 à 40millions (prix à l’achat) à Bobo zone résidence A

300m2 acquis en 2013 d’une valeur de 1,5 millions à Komsilga

300m2 acquis en 2014 d’une valeur de 5,5millions à Ouaga 2000

350m2 acquis en 2008 à Léo

400m2 acquis en 2009 à Léo

2400m2 acquis en 2014 à 1millions à Niakara en Côte d’Ivoire

2600m2 acquis en 2015 à 25 millions à Assinie Cote d’Ivoire

4500 m2 acquis en 2015 d’une valeur de 115millions à Abidjan (titre foncier)

900m2 acquis en 2015 à 35 millions à Abidjan

550m2 acquis en 2013 à 95millions à Abidjan

400m2 acquis en 2015 à Niou Kourweogo (valeur non précisée)

800m2 acquis en 2015 d’une valeur de 132millions à Ouaga 2000 (achat en cours)

07ha acquis en 2014 d’une valeur de 01million à Sapouy (champs et élevage)

02ha acquis en 2013 à 1,6millions à Koubri (immatriculation en cours)

Biens incorporels

Radio Oméga, acquis en 2010

SUNU acquis en 2005 d’une valeur totale de 05 millions à l’acquisition

Noble acquis en 2015 d’une valeur de 250millions (opération foncière et immobilière 25%)

IAM Abidjan école supérieure (30%)

Une relation avec le président  Alpha Condé qui remet en cause  la crédibilité des acquis de Alpha Barry

Personne ne soupçonne Alpha Barry d’avoir détourné de l’argent public, puisqu’il n’avait pas auparavant, exercé dans le public au Burkina. Mais une réalité est du moins assez claire, qui ne peut passer inaperçue, il a été durant plusieurs années le conseiller spécial du président guinéen, Alpha Condé. Mais cela suffit-il autant à être rémunéré si c’était le cas? Il y a là, à ce niveau précis, un véritable délit d’apparence.

D’aucuns soutiennent qu’il s’était invétéré dans le détournement à Conakry (qui y est une pratique courante ndlr) et d’autres en revanche, partent du postulat que ces biens appartiendraient à monsieur Alpha Condé lui-même, dont il a été le conseiller spécial.

Justement, en ce qui concerne sa relation avec le président guinéen, rien n’est clair, Alpha Barry continue toujours d’avoir de l’influence sur le locataire du palais Sekhoutoureya. Mieux, au regard du métier et des fonctions qu’a exercé monsieur Alpha Barry, ceux-ci le prédisposent au blanchissement des biens, au trafic d’influence voire à une usurpation de titre.

Réellement, tout porte à croire que les biens déclarés appartiendraient davantage au président guinéen qu’à l’actuel chef de la diplomatie Burkinabè.

En tout état de cause, l’observation rigoureuse du parcours et de la déclaration alambiquée des biens de l’actuel ministre des affaires étrangères du Burkina Faso, relance naturellement la problématique de l’utilité de la foultitude des conseillers de monsieur Alpha Condé.

La rédaction

Publicité