Agriculture : le bilan annuel du département présenté par la ministre

La ministre de l’agriculture, était face à la presse ce lundi 28 janvier 2019 pour faire le bilan annuel de son département. Mariame Camara devient ainsi le quatrième ministre à se prêter à cet exercice récemment demandé par le chef de l’Etat.    

C’est suite au pacte entre le chef de l’Etat guinéens et les paysans aucours de leur première rencontre en 2011 à Conakry, qu’est née l’idée de ‘’consommons ce que nous produisons et produisons ce que nous consommons’’ à travers la culture vivrière, la diversification des productions, la  valorisation des cultures pour moderniser l’agriculture Guinéenne.

Selon la ministre de l’agriculture, Mariame Camara, les accroissements des productions sont significatifs grâce à l’encadrement des paysans et l’apport des engrais et semences améliorées.

« Le renforcement des capacités humaines et matérielles a permis d’améliorer de façon  significative l’appui-conseil aux producteurs sur l’ensemble du territoire national. En effet, l’ANPROCA est passé d’un encadrement de 70 milles 800 ménages en 2011 à 115 mille 800 ménages en 2018, soit un accroissement de 63.5%.  Le ratio moyen d’encadrement est passé de 200 à 150 ménage par conseiller agricole ce qui permet d’améliorer l’efficacité du conseil agricole »  a indiqué Mariame Camara.

La ministre de l’agriculture soutient que le gouvernement a mis à la disposition des producteurs des engrais destinés à toutes les filières agricoles à travers le fond de soutien à la campagne.

«  L’approvisionnement en engrais a connu une évolution significative, car elle est passée de 2000 tonnes par an jusqu’en 2010 à 100 mille tonnes en 2018. Ainsi, depuis 2011, au total 213 mille 835  tonnes d’engrais ont été distribuées aux producteurs  au prix subventionné de 135 mille francs guinéens contre 230 mille francs guinéens le sac de 50 kg au prix sur le marché, soit un taux de subvention de 59% » a-t-elle ajouté dans sa communication.

Dans les perspectives, le département de l’agriculture compte produire et utiliser les cartes de fertilité des sols pour mieux connaitre les quantités et les qualités des engrais, mieux définir les qualités et quantités par culture, utiliser plus de variétés améliorées ou traditionnelles à cycle court à haut rendement , aromatiques et tolérantes à la submersion, tolérantes à la toxicité ferreuse, à la salinité et à la sécheresse, installer de nouvelles rizeries dans les bassins de production, assurer la transformation du fonio pour une meilleure présentation pour la consommation locale et la commercialisation, produire suffisamment de maïs pour l’amélioration animale ou encore installer des huileries villageoises  pour ne citer que ceux-là.

La promotion de la plantation des plants greffées d’anacarde et la création des unités de transformation, la valorisation des sous-produits ; la promotion du café Ziama à travers la production de boutures racinées et soutenir sa promotion et l’intensification du café Arabica en moyenne et soutenir sa transformation locale sont, entre autres projets du Gouvernement Kassory.

Nantady Camara

Publicité