Affaire aliou sall : retour du bâton au président sénégalais

D epuis le début du mois de juin, le cadet de Macky Sall occupe l’actualité sénégalaise. Une situation à laquelle, le Chef de l’Etat devra agir comme ce fut le cas d’un certain Karim Wade. Macky Sall fait désormais face à lui-même au nom de la lutte contre la corruption.

Macky face à Aliou

Deux ans plus tôt, il avait nommé son frère Aliou Sall directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (l’actionnaire majoritaire d’Air Sénégal à hauteur de 40 milliards de F CFA). Cette  décision numéro 1 sénégalais a suscité l’indignation de ses compatriotes.

Proximité qui vient de secouer le régime sénégalais alors que Macky Sall a été réélu, 3 mois plus tôt. Sauf que les confrères de la BBC donnent le tournis à la famille SALL avec le fameux scandale à 10 milliards de dollars.

Il s’avérerait que M. Aliou Sall aurait touché 250 000 dollars de Frank Timis, son précédent employeur, lorsque ce dernier a vendu à British Petroleum (BP) la concession de gaz dont la licence a été signée par Macky Sall peu après sa première élection.

Concession revendue à un prix inconnu et pour des royalties de garantie qui s’élèveraient, selon la BBC, à 6 000 milliards de francs CFA sur quarante ans. Manne financière à laquelle la tentation semble avoir été grande et qui a conduit l’Exécutif sénégalais à recourir à l’immixtion de la famille sur ce gros deal.

Ironie du sort avec la famille Wade

Un ironie quand 3 ans plus tôt, Macky Sall confiait avoir signifié à son frère cadet qu’il ne signerait jamais de sa main un décret le nommant à une quelconque fonction publique. Les avocats du frère cadet controversé ont démenti ces accusations de corruption et menacé de porter plainte contre la BBC.

Affaire qui a fini par être exploitée par la société civile qui entend voir clair. Plusieurs médias internationaux en ont fait le relais confirmant bien qu’il y a péril en la demeure Sall.

Macky se retrouve bien dos au mur avec cette affaire. D’une part, elle rappelle celle de Karim Wade contre qui l’acharnement du Président réélu a été des plus flagrantes. Et pour cause, c’est bien à cause du fis d’Abdoulaye que Macky Sall alors Premier Ministre a été débarqué. Il a entamé une chasse aux sorcières une fois arrivé au pouvoir conduisant Karim Wade dans ses derniers retranchements.

Maintenant que son jeune frère est en porte à faux avec la loi et de surcroît pour la même affaire, force doit rester à la justice.

S’abstenir de cette affaire ne peut aucunement plaider en sa faveur , pire , cela pourrait le suivre une fois qu’il aura quitté le fauteuil présidentiel.

Démission d’Aliou

C’est justement au cœur de cette tourmente qu’Aliou Sall a décidé de ‘’ se retirer du circuit’’. Devenu encombrant, il permet à son aîné de Chef d’Etat d’avoir un léger répit vu l’ampleur de cette affaire qui n’a pas fini ses déballages.

A travers une lettre de démission qu’il vient de rendre publique, on peut y lire : « Je prends ici devant vous la décision de donner ma démission de la tête de la Caisse de Dépôts et de Consignations à compter de ce jour. Dans le même temps, je peux vous assurer, mes chers amis, que je prends date pour l’avenir, parce que je reste persuadé que cette épreuve rendra beaucoup de service à mon peuple dans le futur. Elle aura en effet le mérite, j’en suis sûr, de montrer à la face du monde les vrais visages de ceux qui salissent la noblesse de la politique sous des dehors de serviteurs du peuple »

Reste que le mal est fait car même désormais ex-DG de la CDS, il doit rendre des comptes. Son contre-pied d’annulation de plainte contre la BBC en dit long. Le mandat de son grand frère Macky est bien lancé car l’opposition a désormais eu de la matière à moudre.

En atteste les sorties fracassantes du jeune Ousmane Sonko, qui fut la révélation de la Présidentielle de Février 2019.

Idrissa Keita

Publicité